banner-ombre-top
banner-ombre-left
Chaos granitique (Côte de Granite Rose, Côtes d’Armor, France, 2006). © BRGM - Françoise Bodenan

Quantification des prélèvements et occurrence d’intrusions salines sur la frange littorale du SAGE Argoat-Trégor-Goëlo

28.09.2018
La connaissance des prélèvements en eau souterraine est un élément majeur pour une bonne gestion de la ressource, leur quantification est indispensable à l’évaluation de leur impact sur les aquifères, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif.

Dans le cadre du Plan d’Aménagement et de Gestion Durable du SAGE Argoat-Trégor-Goëlo, zone côtière où les eaux souterraines sont exploitées pour l’irrigation, des secteurs prioritaires pour l’acquisition de connaissances sur les prélèvements ont été définis sur 35 communes littorales du département des Côtes d’Armor entre l’Anse de Perros-Guirec et la commune de Plouha (superficie 500 km2). Sur la base méthodologique développée dans le cadre du SIGES Bretagne, les prélèvements par commune et type d’activité ont été quantifiés. Les données d’analyses d’eau fournies par les irrigants ont permis d’évaluer l’occurrence et le risque de salinisation des eaux souterraines.

Chaos granitique de Ploumanac’h (Perros-Guirec). © BRGM – S. Leroy

Chaos granitique de Ploumanac’h (Perros-Guirec). © BRGM - S. Leroy

Contexte

La connaissance des prélèvements en eau souterraine est un élément majeur pour une bonne gestion de la ressource. Cependant, ceux-ci sont généralement mal quantifiés, ce qui ne permet pas d’évaluer leur impact sur la ressource à la fois d’un point de vue quantitatif et qualitatif.

En Bretagne, une première quantification régionale des prélèvements a été effectuée, en 2012, par la Direction régionale du BRGM dans le cadre du SIGES. Les premiers résultats obtenus montrent que, sur la Bretagne, 7 % des volumes prélevés viendraient de l’usage irrigation, ce pourcentage pouvant atteindre jusqu’à 28 % sur la partie littorale du SAGE Argoat-Trégor-Goëlo.

L’importance de l’irrigation, notamment pour les serres de tomates, et la proximité de la côte font de cette frange littorale un secteur particulièrement vulnérable à des pénuries d’eau en temps de sécheresse et aux risques d’intrusion saline, phénomène pouvant être amplifié par le changement climatique.

Vues de serres de tomates (à gauche) et autres cultures couvertes (à droite) dans le secteur d’étude.

Vues de serres de tomates (à gauche) et autres cultures couvertes (à droite) dans le secteur d’étude.

Objectifs

Cette étude vise à quantifier par secteur d’activité (eau potable, irrigation, élevage …) les prélèvements en eau souterraine à l’échelle des 35 communes de la frange littorale du SAGE et identifier les risques d’intrusion saline afin de fournir des recommandations pour la gestion durable de la ressource. Cette étude est menée en collaboration avec les irrigants de L’UCPT (Union des Coopératives de Paimpol et Tréguier).

Programme des travaux

En l’absence d’une base de données unique de recensement des prélèvements, la méthode développée s’appuie sur le croisement de plusieurs bases existantes provenant de l’agence de l’eau (BNPE), de la DDTM et des déclarations de forages en BSS.

Une collecte d’informations complémentaires a également été effectuée via l’envoi de questionnaires auprès des serristes irrigants de l’UCPT. Les données recherchées concernaient les forages existants, les volumes prélevés, leur utilisation, les concentrations en chlorures et la conductivité des eaux.

Les besoins en eau d’irrigation ont été évalués par recensement des serres à l’aide de photos satellites dans le but de comparer besoins et prélèvements.

L’ensemble des bases de données a été compilé et comparé afin de définir pour chacune des communes du projet un bilan détaillé des prélèvements en eaux souterraines.

La comparaison entre les bilans de prélèvements provenant des bases de données, les besoins d’irrigation provenant du recensement des serres (réalisé par photos satellites) et les déclarations des irrigants ont montré une bonne cohérence permettant une bonne confiance dans les résultats obtenus.

La qualité des eaux souterraines du secteur a été caractérisée grâce à la participation active d’une partie des irrigants de la zone d’étude qui ont fourni les analyses d’eaux en leur possession, apportant ainsi des données de conductivité et de concentrations en chlorures et en sodium. Ces données ont été croisées avec celles de la base nationale ADES. Leur analyse et leur évolution temporelle ont permis de mettre en évidence une sensibilité de certaines exploitations.

Résultats obtenus

Cette étude a permis de définir un volume prélevé d’eau souterraine, à l’échelle des 35 communes concernées, de l’ordre de 3 à 3,6 millions de m3/an dont près d’un tiers utilisé pour l’alimentation en eau potable (AEP) et un tiers pour l’irrigation. L’industrie, l’élevage et les autres utilisations domestiques se répartissent le dernier tiers. Les bilans réalisés ont notamment montré une forte disparité entre les communes avec, pour certaines, des prélèvements pour l’irrigation représentant plus de 90% du volume total.

Localisation de la zone d’étude.

Localisation de la zone d’étude.

Du point de vue de la qualité des eaux, cette étude a mis en évidence l’occurrence d’une salinisation de certains forages et donc une possible intrusion saline pouvant être en lien avec l’exploitation de la ressource par les différents acteurs.

Les résultats découlant de ce projet ont permis d’informer sur la situation et de sensibiliser les différents acteurs et utilisateurs de l’eau souterraine, notamment les irrigants, aux risques et mécanismes des intrusions salines qui peuvent affecter les exploitations. Les résultats du projet ont notamment été présentés à la Commission locale de l’eau, à Paimpol.

Partenaires

Agence de l’eau Loire Bretagne 

Région Bretagne 

SAGE Argoat-Trégor-Goëlo

UCPT (Union des Coopératives de Paimpol et Tréguier)

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34