banner-ombre-top
banner-ombre-left
La tuffière de Rolampont, source pétrifiante, est un milieu fragile aujourd’hui protégé et aménagé pour la visite, conjointement par la commune et l'ONF (Rolampont, au nord de Langres, Haute-Marne, 2006). © BRGM - François Michel

Pollution aux solvants chlorés dans les eaux souterraines du secteur de Scherwiller et de Sélestat (Bas-Rhin) : diagnostic et stratégie de gestion

11.08.2016
Une pollution des eaux souterraines au tétrachloroéthylène (PCE) est constatée dans le forage d’alimentation en eau potable (AEP) "Châtenois-Scherwiller" situé dans le Bas-Rhin. Le BRGM a assuré un appui technique à l’Agence Régionale de Santé (ARS) d’Alsace pour apporter un nouvel éclairage sur le contexte de la pollution et proposer une stratégie et un plan de gestion.

Un raisonnement sur la masse de polluants mise en jeu au droit du puits depuis l’apparition de la pollution en 2003 indique qu’environ 900 kg de PCE (soit environ 600 L) ont été pompés. L’augmentation régulière des concentrations depuis 12 ans semble montrer que les volumes mis en jeu sont importants et que l’alimentation à partir de la source est continue.

Concernant plus précisément la question de l’identification de la ou des sources en PCE, en amont du puits, l’étude a permis de refermer ou éliminer plusieurs pistes. En termes de stratégie de gestion, des recommandations ont été formulées pour d’une part, explorer les différentes pistes susceptibles d’être à l’origine de la pollution au captage de Scherwiller et d’autre part, étudier le traitement des eaux brutes pompées du puits ou l’arrêt du pompage sous certaines conditions.
Localisation des concentrations en tétrachloroéthylène disponibles dans la base de données ADES au droit du secteur d’étude en fonction de la profondeur des points d’eau © BRGM

Localisation des concentrations en tétrachloroéthylène disponibles dans la base de données ADES au droit du secteur d’étude en fonction de la profondeur des points d’eau. © BRGM

Contexte

Depuis 2003, une pollution aux solvants chlorés est mise en évidence dans les eaux souterraines sur la commune de Scherwiller, en aval hydraulique de la ville de Sélestat. Le captage d’Alimentation en Eau Potable (AEP) "Châtenois-Scherwiller", situé au nord de la commune est nettement impacté : la concentration maximale en tétrachloroéthylène (PCE) présente une tendance à la hausse avec une concentration maximale mesurée en avril 2014 de 117 μg/L au niveau de la pompe de fixation (sachant que la concentration maximale admissible est de 10 μg/L).

De nombreuses études et investigations ont déjà été mises en œuvre par les différents acteurs locaux pour identifier l’origine de la pollution en PCE du captage d’AEP de Scherwiller, puis pour gérer dans les meilleures conditions cette situation.

Le BRGM est intervenu en appui de l’Agence Régionale de Santé (ARS) d’Alsace en réalisant une étude de la pollution constatée.

Objectifs

Les objectifs de l’étude sont la réalisation d’une synthèse et d’une analyse critique des données disponibles et la définition d’un plan de gestion de la pollution en fonction des enjeux identifiés.

Programme des travaux

Le programme d’étude s’articule autour de 4 phases distinctes :

  • synthèse et consolidation des connaissances acquises ;
  • réalisation d’un bilan avec identification des enjeux ;
  • définition d’une stratégie de gestion ;
  • évaluation du plan de gestion de la pollution.

Résultats obtenus

Un raisonnement sur la masse de polluants mise en jeu au droit du puits depuis l’apparition de la pollution en 2003 indique qu’environ 900 kg de PCE (soit environ 600 L) ont été pompés. L’augmentation régulière des concentrations depuis 12 ans semble montrer que les volumes mis en jeu sont importants et que l’alimentation à partir de la source est continue.

Les différentes recherches et analyses de documents effectuées par le BRGM au cours de l’année 2015 ne conduisent à la remise en cause ni des études existantes ni des actions prises par les acteurs locaux. La ré-analyse factuelle des nombreuses informations disponibles a néanmoins permis d’avoir un nouvel éclairage du contexte de la pollution au tétrachloroéthylène (PCE) du captage d’AEP de Scherwiller (67).

L’étude réalisée a ainsi permis de recenser au moins 2 sources potentielles de pollution par le PCE jusqu’alors insuffisamment investiguées au regard de l’analyse du contexte. Ces 2 sources potentielles de pollution, susceptibles d’impacter le puits AEP de Scherwiller, sont :

  • la pollution connue de la nappe par du PCE au droit et en aval d’un site industriel ;
  • l’existence d’une ancienne carrière remblayée par des matériaux, voire des déchets (fûts ?), à proximité de l’échangeur de l’autoroute A35.

En termes de stratégie de gestion, les principaux résultats de cette étude conduisent à préconiser, en priorité, de poursuivre les efforts visant à caractériser la ou les sources de pollution. La démarche proposée consiste à réaliser un diagnostic multiniveaux au droit du puits de Scherwiller pour l’établissement du profil vertical  des concentrations et des flux massiques en COHV entrant dans le puits, puis de s’orienter en amont au plus près des sources potentielles identifiées afin de mener différents types d’investigations ciblées pouvant impliquer le positionnement et la pose de piézomètres profonds avec géoréférencement, relevés de niveaux et élaboration d’esquisses piézométriques locales, prélèvements et analyses de COHV, analyses isotopiques,….

Concernant le traitement des eaux, en l’absence de source de pollution identifiée, seul un traitement des eaux au niveau du puits est envisageable, notamment suite à une réduction du débit de pompage si celui-ci est in fine maintenu.

Schéma de principe d’un dispositif de pompage / traitement

Schéma de principe d’un dispositif de pompage / traitement.

A ce stade, suite à la mise en place d’un traitement de l’eau du puits, une ré-exploitation de cet ouvrage semble possible afin de distribuer de l’eau conforme aux normes de potabilité.

Un protocole d’arrêt du pompage réalisé jusqu’alors au niveau du puits est enfin proposé après avoir pris des garanties que cet arrêt n’impacte pas à son tour le puits d’AEP d’Ebersheim, potentiellement situé en aval hydraulique.

Partenaire

ARS Alsace

RAPPORT PUBLIC

  • BRGM/RP-65486-FR - Synthèse et analyse critique de la pollution au tétrachloroéthylène dans les eaux souterraines du secteur de Scherwiller et de Sélestat (67). Rapport final - Télécharger le rapport
BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34