banner-ombre-top
banner-ombre-left
Dégâts sur les maisons causés par l’érosion de la dune à la Tranche-sur-Mer, suite à la tempête Xynthia (Vendée, 2010). © BRGM - Rodrigo Pedreros

JOHANNA : vers une prédiction des coûts des dommages liés aux submersions marines et aux vagues lors des tempêtes

28.03.2014
Le projet JOHANNA avait pour objectif de faire avancer la connaissance des dommages aux habitations provoqués par les submersions marines et les vagues lors des tempêtes. En s’appuyant sur la modélisation des processus de l’aléa et sur les données de compagnies d’assurance, les chercheurs ont pu tester la mise en place de modèles de prédiction des coûts des futurs événements.

Logos des partenaires du projetRéalisé entre 2010 et 2013 par le BRGM et l’Université de Bretagne Occidentale (UBO) et cofinancé par la Fondation MAIF pour la recherche et le BRGM, le projet JOHANNA et la thèse de doctorat associée (C. André, 2013) avaient pour objectif de faire avancer la connaissance des dommages aux habitations provoqués par les submersions marines et les vagues lors des tempêtes.

Prévoir le coût probable de futurs événements de submersion est primordial pour permettre aux professionnels du risque (assureurs et gestionnaires) d’anticiper, voire de réduire les dommages, par des programmes de prévention des risques adaptés.

Phénomène de franchissement d’ouvrage à Gâvres dans le Morbihan lors de la tempête Johanna

Phénomène de franchissement d’ouvrage à Gâvres dans le Morbihan lors de la tempête Johanna. © DDTM 56

Mise à disposition de données sur les tempêtes par les compagnies d’assurance

Le projet s’est appuyé sur les événements de tempête Johanna et Xynthia, qui ont respectivement touché le littoral atlantique français en mars 2008 et février 2010.

Trois compagnies d’assurance (la MAIF, AXA et la MAAF) ont mis leurs données de sinistres liés à ces événements à la disposition des chercheurs pour réaliser ces travaux.

Caractérisation de l’aléa submersion marine et analyse des dommages a posteriori

Les dommages constatés lors d’une submersion marine sont liés aux processus de l’aléa et sont également dépendants de la configuration des bâtiments exposés.

La première étape du projet a consisté à :

  • Caractériser l’aléa : modélisation de l’élévation du niveau de la mer (surcote) provoquée par la pression atmosphérique, le vent et les vagues, et combinée pour les événements étudiés à un coefficient de marée élevé, puis propagation de la submersion à terre. Ce travail a souligné que les modes de propagation de l’aléa (débordement ou franchissement) dépendent notamment du lien entre surcote et configuration du littoral.
  • Analyser les données d’assurances (bilans d’indemnisation et dossiers d’expertises des sinistres), afin d’y rechercher les paramètres qui déterminent les processus d’endommagement et le coût des dommages engendrés.

Carte de résultat de la modélisation des hauteurs d’eau maximales aux Bouchôleurs lors de Xynthia

Carte de résultat de la modélisation des hauteurs d’eau maximales aux Bouchôleurs lors de Xynthia (modélisation BRGM ; mesures de terrain du REX Xynthia issues de Sogreah, 2011 ; fond orthophoto BD ORTHO® IGN).

L’analyse économique des dommages montre que l’essentiel des coûts concerne le second œuvre des bâtiments, des habitations récentes, sans étage, et sont liés à l’inondation par l’eau de mer. Les dommages liés aux chocs de façade par les vagues peuvent être onéreux, touchant éventuellement la structure de l’habitat mais sont plus rares pour ces deux événements.

Les paramètres qui expliquent le mieux les coûts des dommages sont, en termes d’aléa, la hauteur d’eau, et en termes d’enjeux exposés, la surface au sol et le nombre de pièces en rez-de-chaussée des habitations.

Submersions marines : le projet JOHANNA

  • Camille André, chargé de projets et Sylvestre Le Roy, ingénieur risques naturel au BRGM présentent le projet JOHANNA, "Analyse des processus de dommages liés aux submersions marines et à l'effet des vagues - Application aux tempêtes Johanna et Xynthia". Un film réalisé par la Fondation MAIF. ©...

  • Simulation de la submersion marine à Gâvres (Morbihan) causée par les franchissements de vagues lors de la marée haute du 10 mars 2008 (tempête Johanna). Animation réalisée par le BRGM dans le cadre du projet JOHANNA. Post-traitement des résultats issus du modèle SURF-WB.

  • Modélisation numérique de la submersion marine à Yves et Châtelaillon (17) lors de la tempête Xynthia, le 28 février 2010. Animation réalisée par le BRGM dans le cadre du projet JOHANNA. Post-traitement des résultats issus du modèle SURF-WB.

Vers une modélisation des coûts des dommages a priori

A partir de cette analyse, différents modèles statistiques ont été testés, dans le but de prévoir les coûts des dommages aux habitations dans le cas de futurs événements de submersions liées aux tempêtes, afin de donner des éléments aux gestionnaires des risques pour faire les choix de prévention les plus efficaces.

Exemple de modèle simple d’estimation des coûts immobiliers au bâti par classes de hauteur d’eau.

Exemple de modèle simple d’estimation des coûts immobiliers au bâti par classes de hauteur d’eau.

Les résultats du projet démontrent l’intérêt des données d’assurance pour prédire les coûts des futurs événements. Ils apportent des lignes directrices pour rendre ces modèles opérationnels qui passent par :

  • l’enrichissement des données d’expertise d’assurance et la standardisation de leur acquisition,
  • un travail complémentaire sur d’autres  événements de tempêtes passées ou à venir.

Des recommandations pour la prévention des risques en zone littorale

L’analyse des dommages a aussi permis d’émettre des recommandations en termes de prévention individuelle et d’aménagement urbain en zone de risque.

POUR ALLER PLUS LOIN

Accéder à la thèse de Camille André (2013)

Lire un article scientifique sur la collecte des données d’assurance (André et al., 2013)

Télécharger le livret de présentation du projet JOHANNA

PARTENAIRES

Accéder au site de la Fondation MAIF

Accéder au site de l'UBO

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34