banner-ombre-top
banner-ombre-left
Ancienne carrière artisanale d'argile sur la commune de Chirongui. Ces argiles proviennent de l'altération de roches volcaniques (Chirongui, Mayotte, 2012). © BRGM - Dominique Tardy

Implantation de stations accélérométriques permanentes à Mayotte

19.10.2017
Alors que Mayotte était hors du cadre réglementaire national jusqu’en 2011, la nouvelle réglementation parasismique s’y applique désormais. Le département de Mayotte est en effet entièrement situé en zone de sismicité modérée. Cette classification est en cohérence avec la sismicité reconnue dans cette région. Dans une telle zone, toutes les constructions nouvelles, ou les modifications apportées à des constructions existantes, sont concernées par la réglementation parasismique.

Installation d’une station accélérométrique à Iloni Mayotte. La station est installée à l’intérieur des locaux du Parc Naturel Marin de Mayotte.  © BRGM

Installation d’une station accélérométrique à Iloni Mayotte. La station est installée à l’intérieur des locaux du Parc Naturel Marin de Mayotte.  © BRGM

Contexte

Globalement, même si dans cette zone des séismes d’une magnitude supérieure à 5 ont été observés et sont susceptibles d’occasionner des dommages comme ce fut le cas en 1993, le contexte sismotectonique régional demeure mal connu. C’est pourquoi il a été jugé nécessaire d’implanter des stations accélérométriques afin de caractériser les mouvements du sol liés aux séismes.

Objectif

Depuis 2005, le BRGM a implanté des stations successivement sur plusieurs sites : à Dzaoudzi, à Mamoudzou, sur l’archipel des Glorieuses, dans le cadre de sa participation au programme national RESIF-RAP (Réseau Accélérométrique Permanent français). Cependant, l’apport de ces stations sur la connaissance de la sismicité est resté modeste du fait de difficultés récurrentes de maintenance et de pannes successives.

Un effort particulier a alors été fait en 2016 pour renforcer ce réseau et le rendre plus opérationnel. Le réseau est constitué de 3 stations permanentes pour permettre d’identifier l’origine des séismes et se concentre sur la seule île de Mayotte pour permettre d’assurer un suivi régulier des stations.

Le BRGM a également proposé son appui pour la mise en place d’un sismographe à vocation pédagogique au collège de Chiconi.

Programme de travaux

Parmi ces trois stations, le matériel de deux d’entre elles est fourni par le réseau accélérométrique RAP. Pour la troisième station, le matériel est propre au BRGM et provient du rapatriement à Mayotte en mai 2016 de la station installée sur l’archipel des Glorieuses depuis 2008, site par trop isolé et à l’origine des difficultés de maintenance passées.

La mise en place de ce réseau a débuté par une prise de contact avec divers établissements publics afin d’y implanter les stations.  Les sites retenus pour les trois stations accélérométriques sont les suivants :

  • sur Petite Terre, dans les locaux de la Préfecture - Service Interministériel de Défense et Protection Civile (commune de Dzaoudzi). Cette station n’est pas connectée au réseau en permanence ;
  • sur la commune de Dembéni, dans les locaux du Parc Naturel Marin de Mayotte (PNMM) à Iloni. Cette station n’est pas connectée au réseau en permanence ;
  • A Kawéni (Mamoudzou), dans les locaux de la Direction régionale du BRGM. Cette station est télétransmise en continu vers le réseau national.

Après le choix des sites d’installation, une mission technique a permis :

  • de vérifier l’état de fonctionnement du matériel ;
  • d’inspecter les sites pour évaluer la faisabilité des installations ;
  • d’installer le matériel sur les 2 premiers sites après avoir obtenu les autorisations nécessaires ;
  • de finaliser l’installation du dernier site au BRGM de Mamoudzou ;
  • de former le personnel BRGM local pour effectuer les visites de stations et la collecte des données.

Pour les deux nouvelles stations, les données sont en effet stockées sur la station elle-même. La capacité de stockage permet une autonomie de plusieurs mois. Pour la station de Mamoudzou, les données sont transmises en continu et en temps réel au centre scientifique et technique du BRGM, ce qui permet une meilleure surveillance des séismes et du fonctionnement.

Cette mission a permis également de tenir deux réunions de concertation avec:

  • le Service Interministériel de Défense et Protection Civile  et la DEAL de Mayotte, pour faire un point sur l’état de connaissance de l’aléa sismique régional et sur la prise en compte du risque sismique à Mayotte ;
  • une équipe pédagogique du collège de Chiconi et un représentant du Vice-rectorat pour discuter de la mise en place d’une station sismique permanente dans l’enceinte du collège dans le cadre du programme national « Sismos à l’École » (www.edusismo.org ).

Résultats obtenus

En six mois de fonctionnement, le réseau a permis la détection de 18 séismes régionaux à des distances entre 17 km et 470 km. 15 de ces séismes n’ont pas été détectés par les réseaux internationaux de surveillance sismique. Ceci illustre bien les lacunes de surveillance sismique autour de Mayotte ; les séismes de magnitude inférieure à 4.2 n’étant pas détectés par les réseaux internationaux.

Le réseau mis en place détecte des séismes proches, à savoir à moins de 50 km, qu’on ne peut pas associer à des structures tectoniques actives connues. Trois de ces séismes ont été ressentis à Mayotte. Celui du 27 octobre 2016 a été ressenti sur l’ensemble de l’île. C’est le séisme le plus proche jamais enregistré à Mayotte (17 km). Le déploiement de ce réseau de stations a permis de fournir à la Préfecture de Mayotte des informations précises sur le séisme à des fins d’information de la population.

Si la détection des séismes se trouve améliorée par l’installation de ces trois stations, le réseau est encore insuffisant pour une détection fine des séismes locaux. Le projet d’implantation d’une station sismique sur le collège de Chiconi a donc un double intérêt : une vocation pédagogique sur le risque sismique mais aussi l’amélioration de la détection des séismes locaux en complétant le réseau sismique existant.

La mise en place de la station sismique de Chiconi aura lieu en 2017 grâce à un partenariat de la DEAL, du SIDPC et du Vice-rectorat qui prend notamment en charge la formation pédagogique et les activités autour du sismographe. Le BRGM fournira quant à lui un appui technique pour l’installation et la maintenance de la station, tout en renforçant son réseau de stations avec l’intégration de ces données supplémentaires.

Ce réseau renforcé de stations permettra, à moyen terme, de disposer de données sismologiques nouvelles augurant de la possibilité d’évaluer l’aléa sismique à Mayotte à partir d‘analyses scientifiques conformes à l’état de l’art.

PARTENAIRES

DEAL Mayotte

Vice Rectorat de Mayotte

RESIF RAP

Sismos à l’École

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34