banner-ombre-top
banner-ombre-left
Le dôme de lave de la Soufrière de Guadeloupe (La Grande Découverte, Guadeloupe). © BRGM - Séverine Bès de Berc

GUADEM : géophysique héliportée en Guadeloupe

31.03.2013
L’objectif du projet Guadem consistait à réaliser, au Carême 2013, une couverture héliportée complète des îles de Guadeloupe en magnétisme et électromagnétisme haute résolution, similaire à celle réalisée à Mayotte en 2010. Le traitement des données donne une sorte d’image "scanner" des 200 premiers mètres (au moins) du sous‐sol.

Le BRGM a acquis l’expérience des levés géophysiques aéroportés en Afrique (Namibie, Guinée, Côte d'Ivoire, Gabon, Mauritanie, Soudan), en France continentale (Bretagne, Centre, Aquitaine, Bourgogne), en Guyane puis très récemment à Mayotte. Un projet similaire est également mis en œuvre depuis début février 2013 en Martinique (MARTEM).

Dans le contexte particulier de la Guadeloupe, géologiquement proche de celui de Mayotte sur certains spects (contexte insulaire, formations volcaniques, besoins en eau, en risques, en matériaux, …), ces levers confèrent une approche globale.

Le BRGM a choisi, après appel d’offre, des opérateurs à la pointe des différentes méthodes, ce qui permet d’adapter les choix et de bénéficier des dernières avancées technologiques.  

Avantages de la technique aéroportée

La prospection héliportée :

  • est adaptée aux milieux insulaires volcaniques et montagneux (image totale, non limitée par les accès ou le couvert végétal),
  • apporte une vision globale des objets (gisements de roches, aquifères, failles, glissements, sols, …) et non plus strictement limitée à la zone d’investigation pour les prospections au sol,
  • évite les contraintes liées aux « tâtonnements » et aux problèmes d’accès et de fonciers au sol,
  • propose un tarif au kilomètre linéaire très faible par rapport à une prospection au sol et en un temps bien plus court,
  • est facilement intégrable aux documents de planification territoriale de la Guadeloupe.

Des applications multiples

Dans leur ensemble, ces données ont des applications directes, notamment pour :

  • orienter la prospection de nouvelles ressources en eaux souterraines notamment en Basse‐Terre où la géologie des formations volcaniques et complexe et mal connue : imagerie globale de la géométrie profonde et complète des roches aquifères, du biseau salé, etc.,
  • contribuer à la prévention des risques naturels : imagerie des zones argileuses, des glissements potentiels, des grandes failles qui peuvent générer des séismes superficiels, etc.
  • cartographier les matériaux  à l’échelle de l’île: imagerie des secteurs de roches dures en surface et en profondeur, et inversement des épaisseurs de formations meubles d’altération (argiles) qui entravent l’accès aux gisements et qui dans certains cas peuvent aussi être utilisables,
  • évaluer le potentiel géothermique de la Guadeloupe : affiner la connaissance du gisement de Bouillante, contribuer à l’évaluation en cours du potentiel de Vieux‐Habitants, identifier d’éventuels nouveaux gisements,
  • améliorer la connaissance de la géologie des îles : notamment en Basse‐Terre où la carte géologique est très ancienne (1966), géologie du massif de la Soufrière, nature de la transition entre Basse‐Terre et Grande‐Terre, connaissance des formations sédimentaires de Grande‐Terre et Marie‐Galante et de la position du soubassement volcanique, connaissance des grandes structures tectoniques,…

PARTENAIRES

  • Projet cofinancé par le FEDER, fond européen de développement régional
  • Autres partenaires financiers : Région Guadeloupe, Office de l'eau Guadeloupe, ministère du Développement durable, BRGM
  • Partenaire scientifique : Université des Antilles et de la Guyane
  • Suivi administratif : DRRT

POUR ALLER PLUS LOIN

Consulter le dossier de presse

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34