banner-ombre-top
banner-ombre-left
Exercice de crise Richter Antilles 2008 en Martinique et en Guadeloupe (novembre 2008). © Diranim Richter 2008

Exercice européen "EU Richter Caraïbes 2017"

10.09.2018
Les exercices RICHTER constituent depuis 2007 un rendez-vous régulier de préparation à la survenue de séismes majeurs. L’exercice européen « EU Richter Caraïbes 2017 », d’une ampleur exceptionnelle, s’est déroulé aux Antilles du 21 au 24 mars 2017. Annoncé à l’automne 2016 par M. Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’Intérieur, l’exercice « EU Richter Caraïbes 2017 » a mobilisé tous les niveaux de coordination de la gestion de crise du dispositif ORSEC (Organisation de la Réponse de Sécurité Civile), depuis celui de la commune jusqu’à celui de la Commission européenne. Il a également croisé des mises en situation « sur table » et sur le terrain simultanément en Martinique, sur l’archipel de la Guadeloupe et dans les îles du Nord (Saint-Martin et Saint-Barthélemy), où des renforts nationaux ont été dépêchés depuis la Guyane et la métropole, complétés par des renforts internationaux en provenance d’Espagne, de Belgique et du Luxembourg. C’est ainsi le premier exercice de crise de préparation au risque sismique à avoir mobiliser autant d’acteurs en France. En tout, ce sont plus de 126 000 participants, représentant plus de 130 entités, qui ont été dénombrés pendant les quatre jours qu’a duré l’exercice, principalement en Martinique et en Guadeloupe.

Cet exercice européen, dont la préparation a demandé près d’un an de travail, a été piloté par la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises française (DGSCGC - ministère de l’Intérieur). À ses côtés, le BRGM a co-dirigé l’élaboration et l’animation de l’exercice, en appui aux services de l’État. Ses équipes ont, en particulier, réalisé le scénario scientifique crédible et réaliste, puis l’ont adapté en fonction des réponses opérationnelles imaginées et mises en œuvre par les gestionnaires de crise.

Simulation de sauvetage lors de l'exercice EU Richter Caraïbes 2017. © BRGM – S. Auclair

Simulation de sauvetage lors de l'exercice EU Richter Caraïbes 2017. © BRGM - S. Auclair

Contexte

Depuis 2007, sous l’égide du ministère de l’Intérieur, le BRGM conçoit et co-anime chaque année des exercices RICHTER destinés à tester les procédures, départementales ou interdépartementales, de gestion de crise en cas de séisme de grande ampleur. Améliorer la préparation des acteurs locaux impliqués dans la gestion opérationnelle du risque sismique, sensibiliser les populations et, plus largement, développer la culture du risque dans les territoires concernés, tels sont les principaux objectifs de ces exercices.

En mars 2017, le BRGM a pris une part active dans la réalisation du scénario, l’animation et le déroulement de l’exercice EU Richter Caraïbes 2017, destiné à tester les procédures de gestion de crise françaises et européennes en cas de séisme de grande ampleur.

Ce projet, piloté par la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises française (DGSCGC - ministère de l’Intérieur), a bénéficié du soutien financier de la Commission européenne via sa Direction générale pour la protection civile et les opérations d'aide humanitaire européennes (ECHO). Il avait pour partenaires, outre le BRGM, les instances de Sécurité civile de Belgique, d’Espagne et du Luxembourg.

Objectif

Le but de cet exercice européen, mis en œuvre aux Antilles, était de mobiliser tous les acteurs et d’éprouver l’ensemble des processus de réaction, notamment :

  • Tester l’activation du dispositif européen de sécurité-civile au profit d’un territoire européen ultramarin ;
  • Développer l’expertise du ministère de l’Intérieur pour l’organisation et l’animation des exercices RICHTER ;
  • Tester et développer la capacité d’organisation et de réaction des différents organismes impliqués dans la gestion de crise (aussi bien dans la phase d’urgence que dans celle de l’accompagnement) suite à un événement sismique destructeur ;
  • Sensibiliser les acteurs, et notamment les collectivités, à la gestion du risque sismique ;
  • Tester les outils d’information rapide sur les dommages en cas de séismes et de tsunamis ;
  • Anticiper les actions à mener pour relever le territoire.

Programme des travaux

Missionné dans le cadre du projet EU Richter Caraïbes 2017 afin de réaliser un scénario scientifique crédible et réaliste, le BRGM a également co-dirigé l’élaboration et l’animation de l’exercice, en appui aux services de l’État.

Ses équipes ont, en particulier, adapté le scénario au fur et à mesure des réponses opérationnelles imaginées et mises en œuvre par les acteurs de la gestion de crise.

Les travaux du BRGM ont notamment consisté à :

  • Constituer un atlas de crise basé sur la simulation réaliste d’un séisme de scénario et de ses conséquences ;
  • Concevoir la phase « anticipation du retour à la normale » ;
  • Appuyer la DGSCGC, l'état-major interministériel de zone de défense et de sécurité des Antilles et les préfectures de Martinique, de Guadeloupe et des Iles du Nord dans l’organisation et l’animation de l’exercice.

En parallèle, le BRGM a mobilisé plusieurs experts dans le cadre de cet exercice, afin de tester les capacités de l’établissement à appuyer les services de l’État dans un contexte de gestion de crise sismique.

Résultats obtenus

Dans le cadre de cet exercice, il a été simulé un séisme de magnitude 8,5 se produisant au nord-est de la Guadeloupe (proche en intensité du séisme dévastateur de 1843), générant un tsunami majeur frappant l’ensemble des côtes de l’archipel ainsi qu’une grande partie de l’arc Caribéen, occasionnant des milliers de victimes, près de 200 000 sans-abris et provoquant des dommages et dysfonctionnements très importants aux infrastructures et au bâti. Le même scénario a par ailleurs été utilisé pour l’exercice international d’alerte aux tsunamis "Caribe Wave", organisé par l’UNESCO parallèlement à l’exercice EU Richter-Caraïbes 2017.

Cet exercice aux Antilles, d’une ampleur sans précédent, a notamment permis de tester :

  • au niveau local et départemental : les collectivités territoriales et les préfectures, les établissements scolaires et de santé, les différentes instances de la chaîne de secours, les forces de sécurité, les services de distribution d’eau et d’électricité, la communauté scientifique, les bailleurs sociaux, les médias… ;
  • et aussi au-delà, au niveau national : ministères de l’Intérieur, de la Santé, de l’Éducation nationale et de la Défense notamment. L’état-major de l’armée française pour la zone Caraïbe, sous l’autorité du préfet de Martinique, a notamment dirigé le déploiement militaire pour mener les recherches et apporter une assistance aux victimes avec un effectif d’environ 400 personnes sur le terrain ;
  • de même, le COGIC (Centre Opérationnel de gestion Interministériel des crises) a déployé des renforts nationaux (formation militaire de sécurité civile et services départementaux d’incendie et de secours) en provenance de l’hexagone ;
  • et jusqu’aux instances européennes avec, en particulier, l’activation de l’ERCC (Centre européen de réponses aux catastrophes) et la projection des forces opérationnelles d’intervention d’urgence des Antilles britanniques, néerlandaises et françaises et, en parallèle, celles de la plupart des pays de la Communauté caribéenne (CARICOM). Le mécanisme européen de protection civile a également déployé des personnels d’urgence en provenance de Belgique, du Luxembourg et de l’Espagne afin d’évaluer les capacités de déploiement des équipes de secours aéroportées.

Une autre particularité de cet exercice a été de "jouer" non seulement la période de crise immédiatement après le séisme, mais aussi une période de plusieurs jours post-catastrophe, permettant ainsi, pour la toute première fois sur le territoire national, de travailler à la reprise de la vie sociale et économique dans un environnement dégradé en vue de favoriser à terme un "retour à la normale".

Par ailleurs, d’autres équipes du BRGM à Orléans, en Guadeloupe et en Martinique ont participé à l’exercice du côté des "joueurs", le BRGM assurant ainsi non seulement son propre rôle d’expert du risque sismique et d’acteur de la gestion de crise, confronté à une simulation d’une catastrophe majeure, mais également un rôle de fédérateur auprès des différents contributeurs scientifiques. Les équipes concernées ont ainsi fourni aux autres acteurs un éclairage scientifique permettant d’expliquer et de prendre la mesure de l’évènement et par conséquent d’anticiper les mesures d’urgence à prendre.

Les retours d’expérience en cours permettront d’améliorer les processus de réaction des différents acteurs impliqués dans cet exercice en cas de séisme de grande ampleur.

Animation de l'exercice EU Richter Caraïbes 2017. © BRGM – S. Auclair

Animation de l'exercice EU Richter Caraïbes 2017. © BRGM - S. Auclair

Partenaires

Direction générale de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO)

Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises (DGSCGC) du Ministère de l'Intérieur

Services de protection civile espagnol, belge et luxembourgeois

État-Major Interministériel de Zone de défense et de sécurité des Antilles (EMIZA)

Services Interministériels de Défense et de la Protection Civile (SIDPC) de Martinique et de Guadeloupe

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34