logoprin

Évaluation de l’aléa érosion côtière en 2023 et 2043 dans le cadre de la stratégie locale de gestion de la bande côtière pour l’Agglomération Sud Pays Basque (Pyrénées-Atlantiques)

23.07.2015
L’Agglomération Sud Pays Basque, dont la façade littorale concerne cinq communes (Guéthary, Saint-Jean-de-Luz, Ciboure, Urrugne et Hendaye) a confié au BRGM la réalisation de la première étape de sa stratégie locale de gestion de la bande côtière.

Cette étape préliminaire ("diagnostic") s’attache à évaluer la sensibilité du territoire à l’érosion côtière et au recul du trait de côte. Après un travail de recensement des ouvrages de protection et autres actions de gestion du littoral, la méthode a consisté à évaluer à une échelle fine les aléas mouvements de terrain (ou érosion côtière) et à déterminer le positionnement futur du trait de côte aux échéances 2023 (+10 ans) et 2043 (+30 ans). 

L’étude a été réalisée en considérant deux scénarii qui sont l’effacement des ouvrages de protection et autres modes de gestion existants d’une part et, d’autre part, le maintien de ces dispositifs. Des atlas cartographiques à l’échelle 1/ 5 000 des aléas mouvements de terrain et des positions du trait de côte aux horizons 2023 et 2043 ont été produits pour ces deux scénarii.

Exemple de mouvement de terrain contribuant au recul du trait de côte sur le littoral de l’Agglomération Sud Pays Basque – glissement de Guéthary, 2004.

Exemple de mouvement de terrain contribuant au recul du trait de côte sur le littoral de l’Agglomération Sud Pays Basque – glissement de Guéthary, 2004.

Contexte 

Bien que globalement moins exposée que le littoral sableux des Landes et de la Gironde, la côte rocheuse basque est comme l’ensemble de la façade aquitaine concernée par la problématique de l’érosion côtière. 

Le littoral aquitain dispose depuis juin 2012 d’une stratégie régionale de gestion du risque d’érosion côtière, issue d’une réflexion partagée, initiée en 2009, entre l’État et les collectivités littorales réunis au sein du GIP Littoral Aquitain. Le Document d’orientation et d’action de cette stratégie indique notamment qu’un cadre local de gestion de la bande côtière, porté par les collectivités, doit être mis en place afin d’intégrer les spécificités locales de l’érosion littorale, et permette ainsi d’affiner les orientations définies régionalement et de les adapter à un projet de territoire. 

L’Agglomération Sud Pays Basque s’est engagée fin 2012 dans cette stratégie locale et a confié au BRGM la réalisation de la première étape de cette stratégie, portant sur l’évaluation de la sensibilité du territoire à l’érosion côtière et au recul du trait de côte. Ce diagnostic apportera à la collectivité territoriale les éléments techniques lui permettant d’engager les réflexions quant aux stratégies de gestion.

Objectif

Les objectifs techniques du programme étaient d’effectuer un diagnostic des processus d’érosion et de mouvements de terrain affectant la façade littorale d’une part et, d’autre part, d’apporter les éléments permettant de juger de l’intérêt des ouvrages de protection existants vis-à-vis de la lutte contre l’érosion côtière, et ce dans le cadre d’une stratégie d’action à "moyen terme". Ont été réalisés :

  • un recensement des ouvrages de protection existants et action de gestion ;
  • l’étude prospective de la position du trait de côte à +10 ans et + 30 ans ;
  • la qualification des aléas mouvements de terrain.

Programme des travaux

Le programme de travail a été constitué des étapes suivantes :

  • étude de l’historique de l’ensemble des interventions de gestion du littoral par un recensement des ouvrages de protection côtière et des autres modes de gestion ;
  • étude des conditions physiques (géomorphologie, géologie, facteurs aggravants, etc.) ;
  • analyse de l’historicité en matière d’érosion côtière et de mouvements de terrain ;
  • analyse prospective, basée notamment sur les taux d’évolution moyen historiques évalués sur la période 1954/2009, et conduisant au positionnement du trait de côte aux horizons 2023 (+10 ans) et 2043 (+30 ans) ;
  • caractérisation à dire d’expert des aléas « érosion côtière », en l’état actuel de la configuration du littoral et des processus érosifs, et sur toute la largeur de la bande côtière délimitée par le positionnement du trait de côte à l’échéance 2043.

Ce travail a conduit à la production des atlas cartographiques suivants, à l’échelle 1/5 000 :

  • atlas de localisation des ouvrages de protection (ouvrages géotechniques en falaise et ouvrages de défense contre l’océan) et autres actions de gestion ;
  • atlas de positionnement du trait de côte aux échéances 2023 et 2043 et de qualification des aléas mouvements de terrain. Cet atlas a été établi selon deux scénarii : prise en compte et non prise en compte des ouvrages de protection et actions de gestion.

Résultats obtenus

L’étude a permis dans un premier temps de faire un recensement précis des ouvrages de protection existants et des modes de gestion sur les cinq communes littorales de l’Agglomération Sud Pays Basque, grâce à un travail d’enquête associant les communes et à des reconnaissances de terrain. Une centaine d’ouvrages (ou mode de gestion) a ainsi été inventoriée. 

La projection des taux d’érosion moyens annuels et le travail d’expertise associé a permis de déterminer, sur la base des hypothèses de travail adoptées, la position du trait de côte dans 10 et 20 ans. La comparaison des résultats obtenus pour les deux scénarii retenus permet notamment de mettre en évidence l’influence plus ou moins importante des ouvrages (ou modes de gestion) contre l’érosion, connaissance essentielle dans le cadre de l’élaboration d’une stratégie de gestion "moyen terme". 

De la même façon, la qualification des aléas établie (selon les deux mêmes scénarii) permet de mettre en lumière l’intensité prévisible des phénomènes de mouvements de terrain à craindre sur la façade littorale, et leur "contribution" par rapport au recul du trait de côte. 

A titre d’exemples, la commune de Guéthary est concernée sur plus de 80% de son linéaire côtier par un aléa fort à moyen en ne prenant pas en compte les ouvrages de protection existants, contre 40 % en considérant leur présence. Sur Saint-Jean-de-Luz, les niveaux d’exposition moyen et fort sont comparables dans les scénarii "avec ouvrages" et "sans ouvrages" (respectivement environ 55% et 60%).

 
Extrait des atlas de positionnement futur du trait de côte et des aléas mouvements de terrain – planche de Guéthary.
 
Extrait des atlas de positionnement futur du trait de côte et des aléas mouvements de terrain – planche de Guéthary.

Extrait des atlas de positionnement futur du trait de côte et des aléas mouvements de terrain - planche de Guéthary.

Partenaires

Agglomération Sud Pays Basque