banner-ombre-top
banner-ombre-left
Le Trou de Bozouls, méandre très fermé creusé par l'action érosive des eaux du Dourdou dans les calcaires mésozoïques (Bozouls, Aveyron, 2007). © BRGM - François Michel

État des lieux des bassins versants du Thoré amont et de l’Arnette aval exposés à d'anciennes activités industrielles (Département du Tarn)

11.10.2018
En raison d’une intense activité manufacturière historique, liée au cuir et au textile, le territoire des bassins versants du Thoré et de l’Arnette comporte de nombreuses friches industrielles, certaines "orphelines" et d’autres dépendant des collectivités locales. Malgré les actions menées par les services de l’État depuis les années 1990, une partie des anciens sites industriels n’a fait l’objet ni d’un diagnostic environnemental précis, ni de travaux de dépollution. Plusieurs études réalisées au droit d’anciens sites industriels ont cependant mis en évidence la présence de polluants dans les eaux de surface et souterraines ainsi que dans les sols. Installées en bordure du Thoré ou de ses affluents, certaines de ces anciennes activités, qui sont situées en zone d’aléa fort dans le Plan de Prévention des Risques "Inondation" du Thoré, ont également subi des dégâts importants lors des inondations majeures de 1930,1996 et 1999.

L’ADEME et l’Agence de l’eau Adour-Garonne ont sollicité le BRGM afin de dresser un état des lieux de la qualité des milieux eaux de surface et souterraines et sols des bassins versants du Thoré amont et de l’Arnette aval. L’étude a porté sur une surface totale de 205 km2, sur la partie Thoré, correspondant au territoire de sept communes de la Communauté de Communes de la Haute Vallée du Thoré (CCHVT), et sur la partie Arnette correspondant à deux communes de la Communauté d'agglomération de Castres-Mazamet. L’étude a mis en évidence des impacts avérés sur la qualité des eaux et des sols des bassins versants du Thoré amont et de l’Arnette aval, et permis de préciser les limites et les lacunes en matière de données actuellement disponibles. L’outil d’aide à la décision proposé pourra permettra aux acteurs de la reconquête des friches industrielles de programmer des actions pertinentes en vue de redynamiser le potentiel foncier des deux vallées, en prenant en compte les menaces potentielles sur la qualité des eaux et des sols et pour certains secteurs, les risques d’inondation torrentielle.

Points d’eaux suivis dans le cadre de l’étude (en haut, campagnes hautes et basses-eaux ; en bas, campagne complémentaire « forages »). © BRGM

Points d’eaux suivis dans le cadre de l’étude (en haut, campagnes hautes et basses-eaux ; en bas, campagne complémentaire "forages"). © BRGM

Contexte

Dès la fin du XVIIIe siècle, les bassins versants du Thoré et de l’Arnette ont été le siège d’une intense activité manufacturière liée au cuir et au textile. De nombreuses fabriques (délainage, mégisserie, tannerie,...) se sont installées et/ou étendues le long de ces deux cours d’eau et de leurs affluents, comme à Mazamet où les industriels ont su tirer profit de la confluence du Thoré et de l’Arnette. Au cours du XXe siècle, le secteur industriel a connu une crise sans précédent, engendrant une baisse d’activité et la fermeture de plusieurs manufactures. Certains sites sont ainsi devenus des friches industrielles "orphelines", d’autres ont été rachetés par les collectivités locales.

Ces anciens sites industriels n’ont pas tous fait l’objet d’un diagnostic précis en matière environnementale (air, eaux et sols), ni d’une dépollution, alors même que plusieurs études ponctuelles ont mis en évidence la présence de polluants dans les eaux de surface et souterraines ainsi que dans les sols. En outre, certaines usines, situées en zone d’aléa fort (en bordure du Thoré ou de ses affluents) dans le Plan de Prévention des Risques « Inondation » du Thoré, ont subi des dégâts importants liés lors des inondations majeures de 1930,1996 et 1999.

Objectifs

L’ADEME et l’Agence de l’eau Adour-Garonne (AEAG) ont ainsi sollicité le BRGM afin de dresser un état des lieux de la qualité des milieux eaux de surface et souterraines et sols des bassins versants du Thoré amont et de l’Arnette aval.

La zone d’étude couvre une superficie de 205 km2, répartie sur 9 communes (Bout-du-Pont-de-Larn, Saint-Amans-Valtoret, Albine, Sauveterre, Lacabarède, Rouairoux, Labastide-Rouairoux, Mazamet et Saint-Amans-Soult) du département du Tarn et deux bassins versants : Thoré amont et Arnette aval.

Programme des travaux

L’étude a été réalisée selon la méthodologie nationale de gestion des sites et sols pollués, en trois phases :

  • diagnostic préliminaire à l’échelle des deux bassins versants : synthèse des connaissances sur l'état des milieux (eaux et sols en priorité), les sites industriels (en activité et anciens), les usages actuels ou envisagés des différents milieux, les sources de pollutions potentielles ou avérées, les impacts avérés sur la qualité des eaux et des sols ou encore les données manquantes ;
  • acquisition de données complémentaires : en particulier, analyses sur les sols de surface et les eaux (superficielles et souterraines) et implantation de cinq forages dans les zones aux données lacunaires puis interprétation des résultats ;
  • création d’un outil d’aide à la décision : outil de hiérarchisation des sites industriels, testé sur une sélection de dix friches industrielles, afin de fournir un appui aux acteurs de l’aménagement de territoire. Cet outil a pour objectif de faciliter la programmation et la priorisation d’actions pertinentes dans le cadre d’un projet global de reconversion visant à redynamiser le potentiel foncier des deux vallées.

Résultats obtenus 

Au vu des connaissances actuelles, les impacts des activités industrielles (en activité et anciennes) sur les milieux eaux et sols de certains secteurs ont été évalués et des voies de transfert identifiées:

  • Dans les sédiments : présence de substances métalliques et organiques (HAP dans le Thoré et PCB dans l’Arnette) ;
  • Les sols peuvent être impactés par des anomalies géochimiques locales ou anthropiques (industries, mines…), ce qui nécessitera une vigilance particulière quant à leur réutilisation lors d’éventuels travaux de terrassement ou de projets de réhabilitation de sites ;
  • Dans les eaux superficielles et souterraines : dépassement des normes de qualité pour certaines substances organiques appartenant aux groupes des COHV (composés organiques halogènes volatils) et des HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) dans les eaux souterraines. Ces dépassements peuvent atteindre 30 fois la norme de qualité, et ce, en dehors de l’emprise d’anciens sites industriels (à Mazamet par exemple), nécessitant ainsi la mise en place d’un suivi spécifique. Une restriction sur l’usage des eaux souterraines pourrait également s’avérer nécessaire sur certains secteurs en cas de confirmation des concentrations. Les eaux de surface présentent également, localement, des concentrations supérieures au seuil de qualité environnementale, justifiant la mise en place d’un suivi.

Malgré les limites liées à l’échelle de réalisation (bassins versants) et aux données actuellement disponibles, l’étude a également mis en évidence certaines sources de pollution. Les impacts avérés sur la qualité des eaux superficielles et souterraines et des sols se concentrent ainsi essentiellement sur les communes de Labastide-Rouairoux et de Mazamet. Les sources de pollution potentielle associées à ces impacts sont vraisemblablement localisées sur ces mêmes communes, en lien avec des sites industriels anciens ou toujours en activités. Pour certains de ces sites, la DREAL a été alertée. D’autres sources de pollution demeurent toutefois inconnues à l’issue de l’étude et des recherches complémentaires seront nécessaires. 

Au vu de ces résultats, un suivi (eaux et sédiments), mené sur plusieurs années, est préconisé. Il sera éventuellement complété par un programme de forages visant à améliorer l’information sur certaines zones aux données lacunaires afin de caractériser l’évolution des phénomènes observés. Il est ainsi recommandé de :

  • poursuivre le suivi de l’état global des eaux de surface et des eaux souterraines, notamment pour les substances dépassant les normes de qualité (COHV, HAP, Chlorophénols et composés phénoliques, Nonylphénols et PCB pour les sédiments des cours d’eau) ;
  • évaluer les tendances d’évolution en maintenant les réseaux qualité mis en place dans le cadre de l’étude ;
  • conserver la mémoire de l’état des milieux et des usages des sols, notamment via la bancarisation dans les bases dédiées des données collectées (ADES, SIS …).

Au vu de l’impact avéré ou potentiel des anciens sites industriels sur les milieux eaux superficielles, eaux souterraines, et sols dans les deux bassins versants, il est recommandé de réaliser, préalablement à la mise en œuvre de projets de reconversion, des diagnostics détaillés en vue préciser le contexte local.

Enfin, dans le but d’aider les décideurs et porteurs de projets à programmer des actions pertinentes pour redynamiser le potentiel foncier des deux vallées, des critères de hiérarchisation ont été proposés et testés sur une dizaine de friches industrielles. Ces critères se basent d’une part, sur les caractéristiques intrinsèques du site (« attractivité du site » et « enjeux environnementaux du site ») et d’autre part, sur la dynamisation du développement de la commune.

Partenaires

Partenaires financiers

ADEME, Agence de l’eau Adour-Garonne et BRGM.

Partenaires de l’étude

DREAL Occitanie, DDT du Tarn, Syndicat Mixte du Bassin de l'Agout, Communauté de Communes de la Haute Vallée du Thoré et Communauté d'agglomération de Castres-Mazamet, neuf communes du territoire de l’étude, Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc, Chambre de commerce et d'industrie, Conseil d'Architecture d'Urbanisme et de l'Environnement du Tarn et la Chambre des métiers.

RAPPORTS PUBLICS

État des lieux des bassins versants du Thoré amont et de l’Arnette aval impactés par des activités industrielles (81). Rapport final - RP-67558-FR

Etat des lieux des bassins versants du Thoré amont et de l’Arnette aval impactés par des activités industrielles (81). Rapport final phase 1. - RP-66009-FR

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34