banner-ombre-top
banner-ombre-left
Des mouvements de terrain sur la route départementale 213 entre Petite Anse et Grande Anse, dans la Terre de Bas, sur l'île des Saintes (Guadeloupe, 2004). © BRGM - Séverine Bès de Berc

Éboulements rocheux en masse dans le Bugey et gestion de crise associée

30.10.2018
Le 8 mars 2017 au matin, un éboulement rocheux d’environ 1 000 m3 a dévalé le flanc sud du Grand Colombier sur 800 m de distance (550 m de dénivelé) pour finir sa course, pour le bloc le plus avancé, à moins de 15 m d’une habitation, au lieu dit Bel Air (à Culoz). Le Plan Communal de Secours (PCS) est aussitôt déclenché, avec évacuation préventive des 88 habitations les plus exposées du quartier. L’intervention immédiate du BRGM auprès de la cellule de crise permet, après un premier diagnostic des risques résiduels, de limiter en fin d’après midi le périmètre d’exclusion à 13 habitations. La mise en oeuvre de travaux de purge d’urgence, puis d’un diagnostic in situ complémentaire encordé permettra de réduire, au final, le périmètre d’exclusion à deux habitations sur la durée de finalisation des travaux de sécurisation d’urgence. Le BRGM a ainsi contribué à la gestion de cette crise dans tous ses aspects de tant d’un point de vue technique (diagnostic, passage progressif en relais) qu’en termes de communication (réunions publiques, presse).

Le samedi 18 novembre au matin, c’est un éboulement rocheux d’environ 250 m3 qui a dévalé le versant des falaises de la Craz sur 230 m de distance (155 m de dénivelé) jusqu’à atteindre, et même dépasser, la RD904 en contrebas, sans toutefois faire de victimes. Un immeuble d’habitation (petit collectif) en vis-à-vis de l’éboulement (situé à moins de 50 m des blocs les plus avancés) est préventivement évacué. Un premier diagnostic des risques résiduels est établi avant la nuit par le BRGM. Les mesures complémentaires effectuées le 20 novembre permettront la levée des mesures d’évacuation et le passage de relais aux sociétés réalisant les travaux d’urgence sur corde et les reconnaissances complémentaires in situ encordées.

Éboulement rocheux arrêté à moins de 20-50 m des habitations, et RD directement impactée. 

Éboulement rocheux arrêté à moins de 20-50 m des habitations, et RD directement impactée.

Éboulement rocheux arrêté à moins de 20-50 m des habitations, et RD directement impactée.

Contexte

Le 8 mars 2017 au matin, un éboulement rocheux d’environ 1 000 m3 a dévalé le flanc sud du Grand Colombier sur 800 m de distance (550 m de dénivelé). Le bloc le plus avancé finit sa course à moins de 15 m d’une habitation au lieu dit Bel Air dans la commune de Culoz.

Le samedi 18 novembre au matin, c’est un éboulement rocheux d’environ 250 m3 qui a dévalé le versant des falaises de la Craz sur 230 m de distance (155 m de dénivelé) jusqu’à atteindre, et même dépasser, la RD904 située en contrebas sans faire, là encore, de victime.

La participation du BRGM à la gestion de ces deux crises a été assurée sur demande de la Préfecture de l’Ain (Service de la Protection Civile).

Objectif

Dans les deux cas, les cônes d’éboulement (avec des blocs supérieurs au m3) se sont approchés suffisamment près de zones bâties pour qu’un périmètre d’exclusion soit aussitôt mis en place par le SDIS et les mairies : 88 habitations et un immeuble (petit collectif) ont ainsi respectivement été évacués à Culoz et à Virieu-Le-Grand à titre de précaution.

Les interventions du BRGM ont consisté à :

  • Établir, à chaud, un diagnostic des risques résiduels ;
  • En déduire les mesures conservatoires nécessaires à court terme : notamment la confirmation ou non de la nécessité de maintenir un périmètre d’évacuation et, le cas échéant, d’affiner son étendue.

Programme des travaux

Les premières interventions ont été réalisées par reconnaissance héliportée des zones de départ des éboulements rocheux et de leurs axes de propagation dans les versants. Elles ont ensuite été complétées par une reconnaissance pédestre des infrastructures (bâtiments et routes notamment) les plus exposées.

Résultats obtenus

Pour les deux événements, un premier diagnostic, réalisé en deux heures, a permis de confirmer un risque résiduel d’éboulement (de moindre importance par rapport à l’éboulement à l’origine de la crise), soit par remobilisation des blocs déjà éboulés et potentiellement instables dans les couloirs d’éboulement, soit, pour le cas de Culoz, par éboulement de compartiments rocheux en place, mais considérés comme très instables.  Sur la zone de départ, ces secteurs ont par ailleurs été ciblés pour faire l’objet de purges d’urgence. Le maintien d’un périmètre d’évacuation a ainsi été confirmé.

Un second diagnostic est réalisé peu après sur Culoz afin d’ajuster le périmètre d’exclusion au contexte local de propagation. Ce dernier a ainsi pu être réduit, avant la fin de l’après-midi, à treize habitations seulement. Le BRGM a également participé aux réunions publiques portant notamment sur le périmètre d’exclusion, ce qui a été vivement apprécié par les riverains concernés.

Otimisation progressive du périmètre d’exclusion temporaire et dégâts importants pour la RD120 (Culoz).

Otimisation progressive du périmètre d’exclusion temporaire et dégâts importants pour la RD120 (Culoz).

Otimisation progressive du périmètre d’exclusion temporaire et dégâts importants pour la RD120 (Culoz).

À Virieu-Le-Grand, un second diagnostic réalisé le lundi 20 novembre 2017 a permis de réévaluer favorablement la situation de l’immeuble, qui avait été évacué pour la durée du week-end, et de le placer en dehors du périmètre d’exclusion.

Le BRGM a ensuite accompagné les mairies dans la mise en œuvre des travaux de sécurisation, réalisés par des spécialistes des travaux sur cordes : des travaux de purge d’urgence et des diagnostic rocheux de détail par reconnaissances encordées ont ainsi été réalisés.

Ces deux événements ont également permis de collecter des données qui alimenteront le projet européen RocktheAlps, qui vise à capitaliser les données du secteur alpin et cartographier le risque de chutes de blocs. Des levers complémentaires (cubage, position des blocs et des rebonds) des cônes d’éboulement ont ainsi été réalisés. Au total, les positions de 130 et 80 blocs éboulés ont été relevées respectivement à Culoz et à Virieu-Le-Grand, fin 2017.

Couloir d’éboulement et gros blocs en cours de levers à Culoz.

Couloir d’éboulement et gros blocs en cours de levers à Culoz.

Au vu de la localisation des blocs les plus avancés de l’éboulement du 8 mars 2017, le zonage de l’aléa éboulement rocheux de niveau faible du Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN) de Culoz est apparu exagérément étendu. La DDT01 a donc décidé de réviser la cartographie de l’aléa éboulement rocheux. Elle sera en outre élargie à la zone non couverte à ce jour par l’actuel PPRN de la commune de Culoz, ainsi qu’à la commune voisine de Béon (qui ne dispose pas de carte d’aléa), qui partage les falaises du Pontenay avec la commune de Culoz. Cette étude, confiée au BRGM par la DDT01, est actuellement en cours.

Cône d’éboulement (plan de levé) de la carrière à Virieu-Le-Grand.

Vue depuis la tête de front de taille de la carrière à Virieu-Le-Grand.

Cône d’éboulement (plan de levé) et vue depuis la tête de front de taille de la carrière à Virieu-Le-Grand.

La commune de Virieu-Le-Grand est également dotée d’une cartographie de l’aléa éboulement rocheux dans son PPRN. L’éboulement de novembre 2017 dépassant largement le zonage de cet aléa, ce dernier a été jugé non pertinent pour ce site. Le BRGM a donc procédé, à la demande de la DDT01, à une analyse critique de la carte d’aléa éboulement rocheux sur le reste de la commune, afin d’apprécier l’ampleur de la révision nécessaire de cette cartographie. À l’issue de cette analyse il s’est révélé nécessaire de réviser la quasi-totalité du zonage d’aléa éboulement rocheux.

Partenaires

SIDPC01, sous-préfecture de Belley

DDT01

CD01

Société Can (travaux sur cordes)

SAGE

RAPPORTS PUBLICS

Rapport d'expertise : Situation de gestion de crise suite à l’éboulement en masse du 08 mars 2017 en amont immédiat du bourg de la commune de Culoz - RP-66875-FR

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34