banner-ombre-top
banner-ombre-left
Dégâts suite au séisme du 12 janvier 2010 à Haïti. Le centre-ville de Port-au-Prince fortement endommagé. Photo prise à l’angle des rues du Centre et des Miracles (Haïti, 2010). © BRGM - Jean-Marc Mompelat

Diagnostic de vulnérabilité et renforcement parasismique à Haïti : de la théorie à la pratique

14.01.2016
Suite au séisme dévastateur du 12 janvier 2010 à Port-au-Prince, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a mis en place le projet "Plan Nord" qui vise à la réduction du risque sismique dans les départements du Nord d’Haïti. Dans le cadre de ce plan, suite à sa sélection dans une procédure d’appels d’offres, le BRGM a réalisé en 2014 et 2015 un projet comprenant une série de diagnostics de vulnérabilité sismique sur certains bâtiments considérés comme stratégiques.

Des recommandations pour le renforcement des bâtiments et la formation des ingénieurs haïtiens aux techniques de diagnostic et de réduction de la vulnérabilité ont été faites. L’objectif a été d’améliorer la résilience du territoire et des populations en anticipant les besoins de renforcement des ouvrages stratégiques, et aussi de former les acteurs de la construction aux bonnes pratiques en matière de diagnostic et de renforcement parasismique.

La prévention des risques naturels est l’un des cœurs de métiers du BRGM. Fort de son expérience en Haïti, acquise notamment au travers d’études de microzonage sismique, le BRGM est à même de mettre à disposition des acteurs locaux son expertise concernant l’aléa sismique, et aussi les mesures permettant de réduire la vulnérabilité du cadre bâti. Le BRGM s’est associé à l’un de ses partenaires privilégié en Haïti, le Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux publics (LNBTP), à SOCOTEC International et à un consultant de notoriété mondiale, Victor Davidovici.

Le Gymnasium de Cap-Haïtien a fait l’objet d’un diagnostic de vulnérabilité. Il est utilisé comme centre de secours en cas de crise. © LNBTP - Betegard Jeudy

Le Gymnasium de Cap-Haïtien a fait l’objet d’un diagnostic de vulnérabilité. Il est utilisé comme centre de secours en cas de crise. © LNBTP - Betegard Jeudy

Application de la démarche à des ouvrages stratégiques

Un ensemble de 16 bâtiments stratégiques, répartis dans les quatre villes principales du Nord d’Haïti, Cap-Haïtien, Fort-Liberté, Ouanaminthe et Port-de-Paix, ont été étudiés. Il s’agit d’établissements scolaires, de postes de police, d’hôpitaux et de bâtiments indispensables à la gestion de crise. Le diagnostic a eu pour but d’identifier la structure participant à la résistance des bâtiments au séisme, et d’en évaluer les forces et les faiblesses. Il a permis de conclure sur le comportement probable du bâtiment en cas de sollicitation sismique et de proposer des mesures d’amélioration. 

Les diagnostics ont été ensuite synthétisés et des solutions de renforcement, sélectionnées parce qu’elles sont bien adaptées au savoir-faire local, ont été proposées pour réduire la vulnérabilité des bâtiments. Des notes techniques détaillées ont illustré les différentes étapes, de la conception à la mise en œuvre, sur un échantillon de 8 bâtiments représentatifs parmi ceux ayant fait l’objet d’un diagnostic. Les documents techniques ont été rédigés dans l’objectif d’en faire un support pédagogique pour la session de formation qui a constitué la dernière phase de l’étude.

Parallèlement, les principales infrastructures des quatre villes ont également fait l’objet d’un examen détaillé. L’objectif a été d’identifier les facteurs de vulnérabilité des ouvrages et des réseaux et d’évaluer les conséquences potentielles d’une défaillance. Les réseaux d’eau, d’électricité, le réseau routier et les infrastructures de transport ont été étudiés, parce qu’ils sont indispensables à la gestion de crise, pour l’acheminement des secours notamment.

Dans sa revue des livrables, l’expert mandaté par le PNUD a souligné que le travail réalisé "est un excellent point de départ pour motiver une généralisation de ce type d’étude en Haïti".

La centrale électrique de Fort-Liberté. © BRGM - Nicolas Taillefer

La centrale électrique de Fort-Liberté. © BRGM - Nicolas Taillefer

Le réservoir d’eau potable de Ouanaminthe, une structure très exposée aux séismes. © BRGM - Nicolas Taillefer

Le réservoir d’eau potable de Ouanaminthe, une structure très exposée aux séismes. © BRGM - Nicolas Taillefer

Favoriser l’appropriation des bonnes pratiques par les acteurs locaux

La diffusion des connaissances mises en œuvre dans cette étude vers les acteurs locaux a été l’une des priorités du projet. Les résultats des diagnostics et les recommandations de mesures de renforcement ont fait l’objet de présentations aux autorités dans chaque ville. A l’occasion des visites de terrain nécessaires aux diagnostics, des ingénieurs haïtiens ont été formés aux techniques et outils de diagnostic par la mise en place d’un compagnonnage entre des ingénieurs haïtiens et les membres de l’équipe de projet.

Pour clore le projet, une session de 5 jours de formation s’est tenue au centre d’opération d’urgence de Cap-Haïtien. 32 ingénieurs, venant des 4 départements du Nord d’Haïti y ont participé. Tous les thèmes de l’étude ont été abordés, de la connaissance de l’aléa aux mesures de réduction de la vulnérabilité.  Des séances d’application ont été organisées dans deux bâtiments proches du lieu de formation, durant lesquelles les stagiaires ont pu réaliser des diagnostics, élaborer un projet de renforcement et échanger entre eux et avec les formateurs sur l’application des connaissances acquises. Les stagiaires ont pu profiter d’un très vaste retour d’expérience de projets concrets de renforcement, notamment en Haïti et aux Antilles françaises, et de la synthèse des diagnostics et études réalisés pendant les premières phases du projet, sur des bâtiments qu’ils connaissent bien.

Les participants ont exprimé leur satisfaction tant sur le contenu technique des cours que sur l’opportunité que cette session de formation leur a offerte d’échanger entre membres de la même profession sur un risque dont la prise en compte est indispensable en Haïti.

Session de formation. © BRGM - Nicolas Taillefer

Session de formation. © BRGM - Nicolas Taillefer

Séance d’application sur le terrain. Lycée Breda, Cap-Haïtien. © BRGM - Nicolas Taillefer

Séance d’application sur le terrain. Lycée Breda, Cap-Haïtien. © BRGM - Nicolas Taillefer

POUR ALLER PLUS LOIN

En savoir plus sur les microzonages sismiques réalisés par le BRGM en Haïti

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34