banner-ombre-top
banner-ombre-left
Glissement de terrain dans la région de Santiago-La Vega, après le passage de la tempête tropicale "Noël" (République Dominicaine, novembre 2007). © BRGM - Marc Joubert

Diagnostic de risque sur la commune de Castans suite à un glissement de terrain

29.08.2018
Le Conseil départemental de l’Aude via son agence technique départementale (ATD11) a sollicité la Direction régionale Occitanie du BRGM le 27 février 2017 pour avis et conseil suite à un glissement de terrain observé le 14 février 2017 sur la commune de Castans, dans le hameau d’Escandelle. Les enjeux directement concernés par ce glissement sont une voie communale et la STation d'ÉPuration (STEP) située quelques mètres en amont du mouvement observé.

Ce site a déjà fait l’objet d’un glissement de terrain en 2011, qui avait donné lieu à des constats et à des reconnaissances spécifiques.

Glissements de terrain ayant affecté le versant en aval de la STEP.

Glissements de terrain ayant affecté le versant en aval de la STEP.

Contexte

En mars 2011, des pluies importantes (456 mm en 72 heures) se sont abattues sur le versant Sud de la Montagne Noire occasionnant un glissement de terrain qui a affecté le hameau d’Escandelle, sur la commune de Castans dans l’Aude. En réponse à cet évènement, des travaux ont été engagés par la commune afin notamment d’instrumenter les zones en mouvement et d’améliorer la gestion des eaux de ruissellement.

Suite à une réactivation de ce mouvement, qui menaçait de mettre en péril une voie communale et la STation d'ÉPuration (STEP) située quelques mètres en amont du mouvement observé, le Conseil départemental de l’Aude, via son agence technique départementale (ATD11), a sollicité le BRGM en février 2017 pour avis et conseil. Par ailleurs, il était nécessaire d’évaluer la possible régression du glissement dans le versant et le risque induit pour les habitations du hameau.

D’après la carte géologique, la zone d’Escandelle se trouve au sein de la série des schistes du groupe de Saint-Pons. Elle est caractériseén par une lithologie relativement variée (grès, micaschistes parfois hyperalumineux, niveaux graphiteux, gneiss à silicates calciques, marbres parfois dolomitiques) organisée en séquences globalement orientées Est-Ouest avec un pendage vers le Sud de l’ordre de 30-35°.

Du point de vue hydrogéologique, la BSS signale la source de Quintaine de débit faible (0,3 l/s en 1977), et le captage de l’Escandelle à l’Est de la zone. La présence de sources bien connues des habitants est par ailleurs identifiée au niveau du hameau (source dite de « La Fontaine » en amont immédiat du hameau et source de l’exploitation à environ 180 m en amont dans le versant).

Enfin, la base de données nationale sur les mouvements de terrain (www.georisques.gouv.fr) recense plusieurs mouvements de terrain (coulée et glissement) sur la commune, et en particulier sept glissements répertoriés dans les formations similaires à celles rencontrées sur la zone sinistrée.

Objectif

Le glissement a affecté le versant en aval de la STEP le 14 février 2017 suite à une période pluvieuse intense (120 mm en 24 h et 300 mm en 30h). La zone d’arrachement est située au niveau de la voie communale reliant le hameau d’Escandelle à celui des Thérondels. Le chemin a été emporté sur environ 20 m, avec un recul par rapport à la voie d’environ 5 m.

Les objectifs de l’expertise réalisée par le BRGM étaient les suivants :

  • Identifier, si possible, la cause du mouvement de terrain ;
  • Évaluer le niveau de risques résiduels ;
  • Etablir, si nécessaire, des recommandations en matière de sécurisation.

Programme des travaux

Une reconnaissance sur le terrain a permis de caractériser le glissement qui s’est développé à flanc de versant. Il se caractérise ainsi par une surface de glissement plane suivant une discontinuité orientée parallèlement à la stratification. L’ensemble des terrains de couverture a glissé suivant ce plan remarquablement continu à l’échelle du glissement sur une épaisseur variant entre 1 et 9 m environ. Le volume de la zone de rupture a été estimé de l’ordre de 10 000 m3.

Une reconnaissance dans le hameau en amont des masses instables a également permis de mettre en évidence une zone complètement saturée par le ruissellement dans le versant en amont de la STEP.

La partie avale du glissement n’a pas été parcourue intégralement. Les conclusions des services RTM, intervenus sur le site afin d’évaluer le risque d’embâcle en aval, précisent que l’ensemble de la masse glissée s’est propagée jusqu’au fond de vallon, créant ainsi un embâcle au moulin de Bru qui dévie le ruisseau de la Clamoux en rive droite. La propagation de ce glissement ayant évolué en coulée de boue est intervenue sur plus de 250 m.

Suite aux reconnaissances sur le terrain, un report en plan des géométries a été réalisé afin de mieux appréhender le risque pour les enjeux situés à l’aval du glissement (STEP et habitations notamment).

Résultas obtenus

L’expertise a permis de mettre en évidence que les modifications globales du fonctionnement hydraulique (et hydrogéologique) ont joué un rôle primordial dans l’activation des mouvements constatés.

Malgré la méconnaissance partielle de la topographie, qui en rend l’interprétation délicate, le report en plan des géométries tend à montrer que, compte tenu de la pente relativement forte du glissoir (34°), la remontée du rocher peu altéré doit se faire rapidement. Cela écarte, a priori, un risque de régression affectant la station d’épuration, qui sans pouvoir être complètement exclu, ne constitue ainsi pas le scénario le plus probable d’évolution de la zone glissée. Le risque pour les habitations situées en 1ère ligne, en amont des zones glissées (à environ 110 m pour les plus proches), à court terme (dans les 10 ans), n’est quant à lui pas à redouter.

Au niveau de la zone aval, un nouvel embâcle demeure possible au niveau du ruisseau du Tribi en cas de remobilisation importante des terrains identifiés en limite Est de l’arrachement. En l’absence d’enjeu bâti, le risque associé demeure faible et, dans tous les cas, moindre que celui engendré par l’évènement.

Des recommandations spécifiques quant à l’établissement de périmètres de sécurité, la mise en œuvre de dispositifs de surveillance ou concernant la gestion des eaux de ruissellement ont également été formulés.

Partenaires 

Agence technique du Conseil départemental de l’Aude (ADT11)

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34