banner-ombre-top
banner-ombre-left
Un chantier de démolition, qui met en évidence la nécessité du recyclage des déchets du BTP (2010). © BRGM

Les déchets du BTP, une nouvelle ressource de la "mine urbaine"

12.12.2016
Après la mise au point d’un procédé de valorisation des bétons de déconstruction, le BRGM, aujourd’hui partie prenante d’un projet européen de démonstration, vient d’être retenu par l’Andra pour participer au développement d’un procédé de recyclage des bétons issus du démantèlement de centrales nucléaires.

48 millions de tonnes de déchets de déconstruction sont produites chaque année en France, tandis que sept tonnes de granulat par habitant sont extraites du milieu naturel pour faire face aux besoins !

Le recyclage des déchets du BTP, encore marginal, est une voie prometteuse, clé d’une moindre pression sur les ressources en matériaux et d’économies, notamment énergétiques.

"Avec le projet Ecotech "Cofrage", explique Yannick Ménard, le BRGM a piloté la mise au point d’un procédé de libération sélective des constituants du béton, pâte de ciment hydratée, sables et granulats. Deux techniques ont été optimisées, fondées l’une sur le chauffage par micro-ondes, l’autre sur l’utilisation de puissances électriques pulsées avant concassage sélectif. Elles ont montré leur efficacité pour la récupération de granulats réutilisables dans la formulation de nouveaux bétons, et de la pâte de ciment pour la production de clinker." Avec Hiser, projet  européen, le BRGM est aujourd’hui engagé dans la démonstration industrielle de ces technologies. Aux côtés de l’équipementier suisse Selfrag AG, il vise l’adaptation de la technique d’électro-fragmentation pour favoriser la libération des matériaux imbriqués (bétons, briques, plâtres…).

Last but not least, l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs), qui va devoir faire face à une saturation de ses sites de stockages de déchets de très faible activité (TFA), a retenu le projet Cyber après un appel à projets relatif au démantèlement de centrales nucléaires. "Le BRGM est à l’initiative de ce projet, explique Y.   Ménard, dont l’objectif est d’élaborer un procédé de séparation sélective des différents constituants des bétons utilisés. Plusieurs travaux ayant montré que la radioactivité est concentrée dans la pâte de ciment, cela permettrait d’optimiser l’utilisation des matériaux en stockage de surface dans le contexte français, et de décontaminer les granulats et le sable, avec pour effet une augmentation significative des quantités de déchets de bétons pouvant être recyclés dans les pays où existent des seuils de libération (niveaux de contamination en deçà desquels les matériaux peuvent être utilisés sans restriction) pour les matériaux issus du nucléaire."

Un chantier de démolition qui met en évidence la nécessité de recyclage des déchets du BTP. © BRGM

Un chantier de démolition qui met en évidence la nécessité de recyclage des déchets du BTP. © BRGM

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34