banner-ombre-top
banner-ombre-left
Un aquifère karstique en République Dominicaine (Bayahibe, République Dominicaine, 2008). © BRGM - Christophe Rigollet

Coqueiral : changements globaux et approvisionnement en eau d’une mégapole, Recife

06.12.2016
Comment, dans les pays émergents, les mégapoles vont-elles pouvoir faire face à leurs besoins en eau dans le contexte des changements globaux ? Le projet Coqueiral, piloté par le BRGM entre 2012 et 2015 apporte des premières réponses.

Logo du projet Coqueiral

Coqueiral est un projet ANR franco-brésilien qui a réuni, sous pilotage BRGM, neuf partenaires universitaires et établissements publics et une PME. Objectif : étudier l’impact des changements globaux sur les eaux souterraines côtières de la région de Recife (3,7 millions ha) et  comprendre les phénomènes qui concourent à leur dégradation à travers le filtre sociétal et structurel. Une approche associant sciences dures (géologie et hydrogéologie, géochimie, modélisation) et sciences humaines et sociales (sociologies, anthropologie…) a été privilégiée.

"Recife et sa région métropolitaine, explique Emmanuelle Petelet-Giraud, du BRGM, sont une bonne illustration des problèmes des pays émergents confrontés à une urbanisation croissante, une répartition inégale des richesses et des structures de gouvernance faibles, qui induisent  une pression sur les ressources en eau."

À Recife, l’approvisionnement en eau repose sur des barrages, mais le réseau est affecté de nombreuses fuites et les sécheresses répétées conduisent au rationnement. Les eaux souterraines, captées par 15 000 puits et forages, constituent une solution alternative, mais le niveau de l’aquifère principal a baissé par endroits jusqu’à 70 m en vingt ans et les eaux sont parfois très salées.

"Avec Coqueiral, poursuit E. Petelet-Giraud, nous avons revisité le fonctionnement du système aquifère et mis en évidence que la recharge naturelle des aquifères profonds est limitée et qu’on y trouve une salinité résiduelle héritée des dernières transgressions marines. Nous avons également constaté que la surexploitation a conduit à inverser le flux naturel, favorisant les fuites depuis les aquifères contaminés superficiels."

Le nouveau modèle conceptuel qui a été développé au sein d’un modèle numérique 3D est un outil déterminant pour aider le gouvernement du Pernambuco dans sa stratégie de protection des eaux souterraines. Mais la mise en oeuvre de solutions techniques appropriées devra leverles résistances liées notamment à la fragmentation des responsabilités et au déni des problèmes.

Notons que le BRGM intervient dans d’autres métropoles sur des problématiques de risques : à La Paz (mouvements de terrain et sismicité), Port-aux-Prince et Santo Domingo (microzonages sismiques) ainsi qu’à Alger, Rabat et Tunis (submersion marine).

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34