banner-ombre-top
banner-ombre-left
Dommages dus au séisme de Lorca en Espagne survenu le 11 mai 2011. Effondrement de la coupole de l'église de Santiago (Lorca, Espagne, 2011). © BRGM - Daniel Monfort Climent

Commémorations du cinquantenaire du séisme d’Arette (Pyrénées-Atlantiques)

29.08.2018
Afin de développer la culture du risque sismique, le BRGM a participé, à l’initiative de l’État (la DREAL Occitanie, DREAL de Massif des Pyrénées), à une action de communication liée au cinquantenaire du séisme d’Arette associant la commune d’Arette, la communauté scientifique et les associations. Cette action d’information et de sensibilisation s’inscrit dans le Cadre d’Action pour la Prévention du Risques Sismique (CAPRIS), en cours de déclinaison à l’échelle du Massif.

Le séisme d’Arette (Pyrénées-Atlantiques) du 13 août 1967 à 23h07, de magnitude 5,2 et d’intensité VIII, avait occasionné un décès et des dégâts matériels importants puisque 80% du bâti avait été détruit et 800 habitants sinistrés sur les 1 200 de l’époque.

Ce type de commémoration permet de sensibiliser un large public et de garder en mémoire qu’un tel séisme peut se produire en métropole, une à deux fois par siècle.

//www.facebook.com/50ansSeismeArette/

Contexte

La France métropolitaine a une sismicité globalement modérée, variable selon les régions. Le zonage réglementaire en vigueur place les Pyrénées en zone de sismicité moyenne (4) à modérée (3), fixant ainsi des obligations en termes de construction. Cela fait des Pyrénées une des zones les plus sismiques de France.

Le 13 août 1967, à Arette dans les Pyrénées, a eu lieu l'un des plus importants séismes du 20e siècle du territoire métropolitain (magnitude 5,3 sur l’échelle de Richter), après le séisme de Lambesc en Provence, en 1909, qui avait fait 46 morts. Le séisme d’Arette a fait une victime, une vingtaine de blessés et 800 sinitrés. Il a également occasionné des dégâts matériels considérables sur la commune et les villages alentours. Le village, détruit à 35 %, a dû être rasé à 80 % puis reconstruit.

Pour que les populations demeurent sensibilisées à ce risque, la mairie d'Arette a organisé, durant six jours, une commémoration des 50 ans de l’évènement. Le maire, témoin de ce séisme alors qu’il était enfant, a ainsi souhaité que les populations « n’oublient pas » et a contribué, par l’organisation de ce 50ème anniversaire ainsi, à une meilleure sensibilisation des citoyens au risque sismique.

Menée en partenariat avec la DREAL Occitanie de Massif, cette action de sensibilisation au risque sismique s’inscrit dans l’axe prioritaire n°1 (sensibilisation et formation) du Cadre d’Action pour la Prévention du Risques Sismique (CAPRIS) national, en cours de déclinaison à l’échelle du Massif des Pyrénées.

Objectifs

Le BRGM a participé à cet événement en appui à la DREAL de Massif, afin de contribuer à présenter :

  • les moyens de prévention du risque sismique (plans de prévention des risques, outils, actions de gestion de crise, coût d’un séisme majeur …) ;
  • la réglementation (zonage sismique, construction parasismique) ;
  • les missions et les actions de l’État et du BRGM.

Programme des travaux

Ces commémorations ont mobilisé de nombreux participants :

  • la communauté scientifique : le CNRS, l’Observatoire Midi-Pyrénées, le Rénass, les Universités (Pau, Toulouse, Strasbourg), le BRGM, le BCSF ;
  • les collectivités : la commune d’Arette, le conseil départemental et le conseil régional ;
  • les habitants d’Arette ;
  • les services de l’État : DREAL Occitanie de Massif avec le soutien du Ministère chargé de l’Environnement (DGPR) ;
  • les associations : le Centre Pyrénéen des Risques Majeurs (C-Prim), l’Association Française du Génie Parasismique (AFPS), les Pompiers de l’Urgence Internationale PUI ;
  • des acteurs de la vie culturelle locale (Compagnie Pléiades, Club âge d’or des véhicules anciens, Troupe Capet Capeta…).

De nombreux thèmes ont ainsi été abordés : sismologie, géologie, sismicité des Pyrénées, surveillance sismologique, législation (zonage, réglementation parasismique), prévention (cadre national, outils), construction (vulnérabilité et renforcement des bâtiments), secours (organisation, moyens, retours d’expérience), témoignage des habitants de l’époque….

Différents vecteurs de communication et d’échanges étaient proposés au public :

  • des stands : « Bâtiments et vulnérabilité sismique » (AFPS-Cprim), « Secours d’urgence » (PUI), « Sismologie et surveillance sismique » (BCSF) et « Prévention-Réglementation » (État-DREAL/BRGM) ;
  • des animations : simulateur sismique, table vibrante ;
  • des conférences : au nombre de 4 elles étaient axées sur des retours d’expérience, des missions de secours ou encore des études en cours dans les Pyrénées ;
  • des spectacles musicaux conçus autour du travail de mémoire, des visites commentées de la commune, des expositions photos, un défilé de voitures de l’époque…

Stands « Bâtiments et vulnérabilité sismique » (AFPS- C-Prim) et « Prévention-Réglementation » (État-DREAL/BRGM).

Stands « Bâtiments et vulnérabilité sismique » (AFPS- C-Prim) et « Prévention-Réglementation » (État-DREAL/BRGM).

Résultats obtenus

Le caractère innovant de cet événement a été de proposer à la fois des informations techniques et réglementaires, des animations scientifiques et culturelles ainsi que festives.

Bien que les risques naturels demeurent encore un sujet anxiogène, ces commémorations d’un séisme historique montrent qu’il est possible de mobiliser un large public, qui s’est en outre révélé intéressé et en demande d’information et d’éléments de compréhension du risque. Cet événement a ainsi permis de démontrer que faire connaître le risque sismique et en parler, quel que soit le support de communication (scientifique, technique, réglementaire, culturel…), c’est déjà s’en prémunir. En outre, la diversité des formats de communication employée a permis de toucher et d’intéresser un très grand nombre de citoyens, non seulement au niveau local mais également à l’échelle du massif des Pyrénées.

Quelques chiffres :

  • plus de 2 000 spectateurs ont assisté aux deux spectacles « son et lumière » sur le séisme d’Arette ;
  • 400 personnes se trouvaient dans l’église d’Arette pour le concert spectacle ;
  • des dizaines de personnes ont participé aux visites commentées ;
  • une centaine de visiteurs s’est rendue sur les stands chaque jour ;
  • En guise de symbole pour conserver la mémoire de ce séisme, une sculpture en bois du clocher d’Arette, détruit lors du séisme, a été inauguré en présence de nombreux élus locaux ;
  • de nombreux articles sont parus dans la presse locale et nationale.

Partenaires

DREAL de Massif des Pyrénées (DREAL Occitanie)

Préfecture et DDTM Pyrénées-Atlantiques

Ministère de la Transition écologique et solidaire

POUR ALLER PLUS LOIN

Visiter la page Facebook dédiée à l’évènement

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34