banner-ombre-top
banner-ombre-left
La centrale électrique d'Hornaing (Nord, 1990). © BRGM - Charbonnages de France

Cartographie de l’aléa "éboulement rocheux" à l’échelle communale : diagnostic de risque et solutions de gestion en Corse du Sud

18.08.2016
Mardi 26 février 2013, vers 16h30, une chute de blocs se produit sur la commune d’Ocana (Corse du Sud) depuis une barre rocheuse située en amont des zones habitées. Suite à cet événement, la Préfecture d’Ajaccio demande au BRGM de procéder à une expertise en urgence du site et d’évaluer les éventuels risques résiduels encourus dans le village. Cette expertise a notamment conclu que d’autres barres dominant le village étaient susceptibles de produire des blocs dont la propagation en versant pourrait potentiellement concerner des habitations.

Compte-tenu de ces éléments et de l’historique de chutes de blocs sur le village, une cartographie de l’aléa « chute de blocs », à l’échelle du 1/5 000, destinée à évaluer les niveaux d’exposition du village à ce phénomène, a été engagée par le BRGM sur demande de la DDTM de Corse du Sud.

Les résultats mettent en évidence une forte proportion du territoire exposée au phénomène de chute de bloc. Compte tenu des intensités de phénomène attendues (blocs majoritairement de plus de 1 m3), le niveau d’aléa est considéré comme élevé, et ce quelle que soit l’amplitude des zones de propagation. Le croisement de la carte d’aléa et des éléments exposés (bâtiment et réseaux) montre en revanche une relativement faible exposition du bâti aux phénomènes d’éboulement rocheux.

La cartographie engagée alimentera la révision du Plan Local d’Urbanisme.

Éboulement rocheux, commune d’Ocana (Corse) © BRGM, Ocana Tempi Fa

Éboulement rocheux, commune d’Ocana (Corse) © BRGM, Ocana Tempi Fa

Éboulement rocheux, commune d’Ocana (Corse) © BRGM, Ocana Tempi Fa

Éboulement rocheux, commune d’Ocana (Corse). © BRGM, Ocana Tempi Fa

Contexte

Cette action a été menée en partenariat avec la Direction Départementale des Territoires et de la Mer de Corse du Sud (DDTM) suite à l’occurrence d’un éboulement rocheux important en février 2013 en amont du village d’Ocana et à l’historique de chutes de blocs sur le village.

Eboulement du 26 février 2013

Eboulement du 26 février 2013.

Une première expertise du site, réalisée en urgence afin d’évaluer les éventuels risques résiduels encourus dans le village, avait notamment conclu que d’autres barres dominant le village étaient susceptibles de produire des blocs dont la propagation en versant pourrait potentiellement concerner des habitations

Objectif

L’objectif est de proposer une cartographie de l’aléa « chutes de blocs », à l’échelle du 1/5 000éme, destinée à évaluer l’exposition du village à ce phénomène. Outre l’évaluation des aléas, un diagnostic de risque, intégrant les éléments exposés a été mené. Enfin, des pistes de solutions de gestion du risque associé à ce phénomène de chute de bloc ont également été proposées.

Programme des travaux

La qualification des aléas proposée valorise les développements en cours sur la thématique (recommandations MEZAP, groupe de travail réuni sous l’autorité du Ministère de l’Écologie, de l’Énergie et de la Mer pour la détermination d’une MEthodologie de Zonage de l’Aléa chute de Pierres, à paraître).

Pour l'aléa chute de blocs, le scénario de référence est caractérisé par le volume du plus gros bloc susceptible, sur la période de référence de 100 ans, de se propager jusqu’aux enjeux.
L’approche utilisée ensuite pour l’évaluation de l’aléa de référence est de type expert, basée sur des observations in situ. Cette évaluation se déroule en 4 étapes:

  1.  Aléa de rupture. Sont caractérisés les volumes potentiellement mobilisables, décrits par leur intensité (associée à l’endommagement engendré par une atteinte aux enjeux) et leur activité (la fréquence avec laquelle ces volumes de roche se mettent en mouvement). Le croisement de ces deux paramètres définit l’aléa de rupture, qui est spatialisé à l’échelle de la zone de travail.
  2. Aléa de propagation - probabilité d’atteinte.  Cette analyse est basée sur les retours d’expérience d’évènements passés et sur des modélisations plus ou moins complexes, validées ou "corrigées" par la connaissance terrain. Le résultat permet de définir des probabilités d’atteinte de blocs en tout point du territoire.
  3. Probabilité d’occurrence.  La probabilité d’occurrence résulte du croisement de l’indice d’activité des zones de départ et des probabilités d’atteinte simulées.
  4. Aléa résultant. L’aléa de mouvement de terrain (ici "chute de blocs") résulte du croisement de la probabilité d’occurrence et de l’intensité du phénomène de référence considéré.

Dans le détail, ces travaux se déclinent en :

  • un inventaire évènementiel détaillé à partir de la bibliographie et de visites de terrain menées avec l’appui de représentants de la commune ;
  • l’établissement d’une typologie d’éboulement rocheux sur le périmètre d’étude et la sectorisation des zones de départ potentiel de chutes de blocs (à l’appui notamment de campagnes de terrain) ;
  • l’évaluation des aléas de rupture zone par zone (volume, activité) à partir de constats de terrain, d’un survol héliporté et de traitements SIG ;
  • la détermination des propagations potentielles de blocs en versant à partir de :
    • modèles de trajectographie en 2D (Pierre98 © BRGM) et en 3D (RockyFor3D © EcoRisq) ;
    • modèles de propagation globaux valorisant la méthode dite de la "ligne d’énergie".

Représentation schématique du principe de la ligne d’énergie

Représentation schématique du principe de la ligne d’énergie.

Ces travaux se sont appuyés en particulier sur :

  • la réalisation d’un levé LIDAR haute résolution fournissant un modèle numérique de terrain (MNT) ainsi qu’une couverture ortho-photographique associée ;
  • une cartographie de détail des formations superficielles, la nature des terrains régissant pour partie la propagation en versant.

MNT haute résolution

MNT haute résolution.

Résultats obtenus

Les résultats mettent en évidence une forte proportion du territoire comme exposée au phénomène de chute de blocs.

Matrice d’évaluation de l’aléa

Matrice d’évaluation de l’aléa.

Compte tenu de l’intensité de phénomène attendue (blocs majoritairement de plus de 1 m3), le niveau d’aléa est considéré comme élevé, et ce quelle que soit l’amplitude des zones de propagation.Probabilité d’atteinte depuis les zones de départ identifiées

Probabilité d’atteinte depuis les zones de départ identifiées.

Le croisement de la carte d’aléa et des enjeux existants (bâtiment et réseaux routiers) montre toutefois la relativement faible exposition de ceux-ci aux phénomènes d’éboulement rocheux. L’intégration de ce zonage de l’aléa au PLU en cours de révision est engagé dans la continuité du programme.

Pour les enjeux existants soumis à l’aléa, des mesures conservatoires et des propositions de mise en sécurité sont formulées et chiffrées sommairement.

Partenaires

DDTM de Corse du Sud
Préfecture de Corse du Sud (SIRACEDPC)
Commune d’Ocana

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34