banner-ombre-top
banner-ombre-left
Echelles limnimétriques emportée par la Loire (Orléans, 2012). © BRGM - Benjamin Francois

Captages d’eau potable abandonnés en Loire-Atlantique, Maine-et-Loire et Vendée : inventaire et diagnostic

16.10.2017
En 2013, une étude-test appliquée à une dizaine de communes du département du Maine-et-Loire a montré la pertinence d’étendre à l’ensemble de la région Pays de la Loire l’inventaire et le diagnostic des forages abandonnés liés à l’exploitation d’eau potable (anciens forages de production et piézomètres de surveillance associés).

Captage abandonné 04196X0029 -  La Touche Saint-Armel (Fégréac, Loire-Atlantique).

Captage abandonné 04196X0029 -  La Touche Saint-Armel (Fégréac, Loire-Atlantique).

Objectifs

L’étude vise à contribuer à l’amélioration de la qualité des eaux souterraines destinées à la production d’eau potable, en formulant des recommandations à destination de l’administration et des propriétaires d’ouvrages d’alimentation en eau potable (AEP) abandonnés pour que ces derniers ne constituent pas des voies de transfert de pollution vers les aquifères.

Le projet s’inscrit dans le Plan Régional Santé Environnement 2014 (PRSE2). Il répond notamment à son objectif opérationnel n°2 « Protéger la ressource en eau destinée à la consommation humaine ».

Programme des travaux

L’étude a consisté en :

  1. l’identification des forages abandonnés liés à l’adduction en eau potable, préalable indispensable pour prendre les mesures adéquates pour pallier de tels risques.
  2. le diagnostic des ouvrages identifiés, le plus souvent en les inspectant sur site. Ce diagnostic cherche à préciser l’état de l’ouvrage et à évaluer sa vulnérabilité vis-à-vis d’une pollution accidentelle ou diffuse : en quoi constitue-t-il, le cas échéant, un vecteur de pollution des ressources en eau souterraine ?
  3. enfin, l’élaboration d’une méthodologie régionale :
    - pouvant être appliquée par les services de l’État compétents à tout forage ou puits AEP abandonné d’un des départements des Pays-de-la-Loire
    - et permettant de formuler des recommandations quant au devenir de chaque ouvrage abandonné identifié.

En effet, certains de ces forages selon leur état et leur capacité de production, pourraient être réhabilités et/ou utilisés pour des usages autres que l'alimentation en eau potable (suivi piézométrique de la ressource, surveillance de la qualité de la ressource, irrigation, ...).

Résultats obtenus

L’étude menée par le BRGM avec le concours de l’Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire et de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne a permis d’inventorier 365 ouvrages liés à l’AEP et abandonnés, dont 121 déjà remblayés. Parmi les ouvrages non remblayés, 206 ont été inspectés sur le terrain et ont fait l’objet d’une fiche de synthèse.

Lorsque les causes en sont connues, les abandons d’ouvrages liés à l’AEP sont principalement dus à la productivité insuffisante des forages (plus de la moitié) et, dans une moindre mesure, à la dégradation de la qualité chimique de la ressource (près de 30 % des ouvrages). Nitrates et pesticides sont alors les substances provoquant le plus souvent l’abandon des ouvrages.

Raisons ayant conduit à l’abandon des ouvrages identifiés. © BRGM

Raisons ayant conduit à l’abandon des ouvrages identifiés. © BRGM

En concertation avec le comité de pilotage, une doctrine régionale visant à aider les services compétents dans leur prise de décision relative au devenir des ouvrages AEP abandonnés a été définie. Cette doctrine consiste en un logigramme décisionnel, qui a été appliqué à l’ensemble des 206 ouvrages diagnostiqués.

Synthèse des recommandations du BRGM relatives au devenir des ouvrages abandonnés (pas encore remblayés). © BRGM

Synthèse des recommandations du BRGM relatives au devenir des ouvrages abandonnés (pas encore remblayés). © BRGM

Dans près de 60 % des cas (125 ouvrages), le BRGM préconise un rebouchage dans les règles de l’art. La conservation du site pour une éventuelle réutilisation future du site pour l’AEP paraît envisageable dans 8 % des cas (17 ouvrages, qui concernent uniquement les sites de Châteaubriant et Guémené-Penfao, en Loire-Atlantique). Enfin, la reconversion en piézomètre ou qualitomètre est pertinente dans 11 % des cas, et la cession à un tiers n’est préconisée que dans 5 % des cas (10 ouvrages), et sous réserve que des travaux de mise en conformité soient préalablement réalisés.

PARTENAIRE

Agence régionale de santé des Pays de la Loire

Agence de l’eau Loire-Bretagne

RAPPORT PUBLIC

BRGM/RP-65108-FR - Captages abandonnés en Loire-Atlantique, Maine-et-Loire et Vendée. Inventaire, diagnostic et recommandations quant à leur devenir - Télécharger le rapport

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34