banner-ombre-top
banner-ombre-left
Les destructions suite au cyclone Gamède en février 2007 sur l'île de La Réunion : les aménagements côtiers entièrement détruits par la houle sur le littoral de Saint-Paul (La Réunion, 2007). © BRGM - Ywen de La Torre

Appui à la gestion de la crise cyclonique aux Antilles

15.11.2018
La saison cyclonique 2017 du bassin caribéen restera dans les mémoires. Avec l’ouragan IRMA, c’est, historiquement, la première fois que l’œil d’un cyclone de catégorie 5 passe sur les Antilles françaises. Quelques jours après, c’est l’ouragan Maria (catégorie 5 également) qui traverse la Dominique. La Guadeloupe et la Martinique, bien que touchées, auront évité le pire et ont servi de relais pour la gestion régionale de la crise en lien avec les services de l’État et le centre scientifique du BRGM basé à Orléans.

Le BRGM a ainsi pu contribuer, en mobilisant une cellule de crise aussi bien à Orléans qu’aux Antilles, à la gestion de crise, et ce, lors de toutes ses étapes. En phase de préparation, les directions régionales, par leur expertise et leur connnaissance du territoire, ont apporté un appui à la DEAL afin de définir les zones sensibles à évacuer. Pendant la crise, le BRGM a communiqué aux différents services de Sécurité Civile (à Paris et aux Antilles) des cartes, issues de  modélisation numérique, des submersions marines attendues sur les secteurs clés de Guadeloupe en fonction de la trajectoire de l’ouragan IRMA. Des reconnaissances post-crises ont enfin été effectuées sur les territoires impactés  dans les domaines des risques littoraux, des mouvements de terrain ainsi que sur les eaux souterraines.

Sandy Ground à Saint-Martin après le passage du cyclone IRMA.

Sandy Ground à Saint-Martin après le passage du cyclone IRMA.

Contexte

La saison cyclonique 2017 du bassin caribéen restera dans les mémoires. Avec l’ouragan IRMA, c’est la première fois que l’œil d’un cyclone de catégorie 5 (soit le maximum de l’échelle de Saffir-Simpson) passe au-dessus des Antilles françaises, en l’occurrence Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Les vents mesurés excèdent les 300 km/h et les dégâts générés sont catastrophiques. Seulement quelques jours après, c’est l’ouragan Maria (de catégorie 5 également) qui passe au-dessus de la Dominique. La Guadeloupe et la Martinique, bien que touchées, auront ainsi évité le pire et pu servir de relais pour la gestion régionale de la crise, en lien avec les services de l’État et le centre scientifique du BRGM basé à Orléans.

Lors de cette crise majeure, le BRGM est intervenu, suite à la demande de la DEAL et des Préfectures de Martinique et de Guadeloupe (dont la Préfecture déléguée de Saint-Martin et Saint-Barthélemy), en liaison avec le Centre Opérationnel de Zone (COZ) en Martinique. Le BRGM a également collaboré avec le Centre Opérationnel de Gestion Interministériel de Crise (COGIC) du ministère de l’Intérieur et la Direction Générale de la Prévention des Risques (DGPR) du Ministère de la Transition écologique et solidaire. En outre, les actions du BRGM dans les Iles du Nord (Saint-Martin et Saint-Barthélemy) ont été coordonnées avec celles de l’Établissement des Eaux et de l’Assainissement de Saint-Martin (EEASM), de la Plateforme d’Intervention Régionale en Amériques et aux Caraïbes de la Croix Rouge (PIRAC) et du CEREMA.

Objectif

Le BRGM a répondu à la demande des autorités publiques pour contribuer à la gestion de la crise cyclonique à l’approche des ouragans, puis pour déterminer leurs effets induits en termes de risques géologiques (risques littoraux, mouvements de terrain) et de difficulté d’approvisionnement en eau potable notamment.

Programme des travaux

Le BRGM a ainsi pu contribuer à toutes les étapes de la gestion de crise en mobilisant une cellule d’experts pluridsciplinaires à Orléans et aux Antilles.

A l’approche des ouragans, les directions régionales ont apporté leur expertise et leur connnaissance du territoire afin d’appuyer la DEAL dans la définition des zones sensibles à évacuer, à savoir les zones les plus exposées aux effets de la mer (érosion côtière, impact de la houle, submersion marine). Cette expertise a reposé sur des informations transmises par Météo-France relatives d’une part à la trajectoire des ouragans et d’autre part aux prévisions en termes de précipitations et de houle cyclonique.

Pendant la crise, le BRGM a communiqué aux différents services de Sécurité Civile (à Paris et aux Antilles) différentes cartes des submersions marines attendues sur les secteurs clés de Guadeloupe en fonction de la trajectoire de l’ouragan IRMA. Ces informations ont été obtenues grâce aux résultats d’une modélisation numérique spécialement réalisée pour ce cyclone.

A l’issue du passage d’IRMA, une première reconnaissance aérienne dans les Iles du Nord, le 7 septembre, a permis d’écarter les impacts liés aux mouvements de terrain et aux inondations, et de focaliser les travaux d’expertise sur les impacts liés à la mer (ceux liés au vent étant traités par ailleurs). Peu après, une mission à Saint-Martin, coordonnnée avec l’EEASM et la PIRAC, a permis de localiser les ressources en eau souterraine permettant d’approvisionner les habitants en eau pour un usage domestique. Un bilan des impacts sur le littoral a enfin pu être réalisé dans les Iles du Nord, en coordination avec le CEREMA.

En Guadeloupe, des reconnaissances ont également été réalisées sur le littoral suite au passage d’IRMA et surtout après le passage du cyclone MARIA, qui a particulièrement touché le sud de l’archipel. Des investigations ont par ailleurs été effectuées sur les mouvements de terrain dans le Sud Basse-Terre. En Martinique, un inventaire des dégâts occasionnés par la houle cyclonique associée à l’ouragan MARIA a été réalisé sur la côte Nord-Caraïbe, la plus directement impactée.

Profils de submersion issus de modélisations numériques sur la commune du Moule, Guadeloupe pour le cyclone IRMA. © BRGM

Profils de submersion issus de modélisations numériques sur la commune du Moule, Guadeloupe pour le cyclone IRMA. © BRGM

Résultats obtenus

Le premier résultat notable est d’ordre opérationnel. Le BRGM a en effet activé une cellule interne d’expertise d’urgence afin de maintenir, sur la durée, l’implication de son équipe opérationnelle de modélisateurs et d’appuyer ainsi les équipes locales, qui échangeaient avec les préfectures et répondaient à leurs demandes. Ce système a aussi permis de garantir les échanges de jour comme de nuit entre les Antilles et la métropole (compensant ainsi le décalage horaire) ainsi qu’avec les autorités de Sécurité Civile aux échelons national, zonal et départemental.

Les informations transmises à la DEAL ont, en particulier, permis d’évacuer la population dans des zones détruites ensuite par l’ouragan (en particulier à Saint-Martin).

L’expertise locale du BRGM a en outre permis de cibler les efforts post-crise nécessaires pour contribuer au retour à la « normale » en termes d’approvisionnement en eau et de sécurisation des secteurs impactés par la houle et les mouvements de terrain.

Les bilans et les retours d’expériences réalisés suite à ces événements ont apporté des éléments essentiels pour conserver la mémoire des impacts associés (dommages, érosion, submersion) et ainsi améliorer la gestion de crise des futurs évènements (rapports de retour d’expérience IRMA et MARIA).

Le BRGM a enfin réalisé des rapports dans le cadre de l’instruction des demandes de reconnaissance de catastrophes naturelles (CATNAT) liées à des mouvements de terrain en Guadeloupe.

Recherche d’eau exploitable à Saint-Martin © BRGM

Recherche d’eau exploitable à Saint-Martin. © BRGM

Diagnostic de mouvement de terrain sur la RD30, Guadeloupe. © BRGM

Diagnostic de mouvement de terrain sur la RD30, Guadeloupe. © BRGM

Impact sur la route nationale au Carbet (Martinique). © BRGM

Impact sur la route nationale au Carbet (Martinique). © BRGM

Partenaires

Ministère de l’Intérieur

Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire

Préfectures de Martinique et de Guadeloupe (dont  Préfecture déléguée de Saint-Martin et Saint-Barthélemy)
DEAL de Martinique et de Guadeloupe

Collectivité de Saint-Martin, Etablissement de l’Eau et de l’Assainissement de Saint-Martin
Croix-Rouge, Plateforme d'Intervention Régionale en Amériques et aux Caraïbes

CEREMA

RAPPORTS PUBLICS

Impacts du cyclone IRMA sur le littoral des "Iles du Nord" à Saint-Martin et Saint-Barthélémy. Rapport final - RP-67291-FR

Inventaire des impacts occasionnés par la houle cyclonique associée à l’ouragan MARIA (18 septembre 2017) sur la côte Nord-Caraïbes de la Martinique - RP-67298-FR

Caractérisation des impacts de la houle sur le littoral guadeloupéen au passage de l’ouragan Maria. Rapport final. - RP-67519-FR

Rapport d'expertise CATNAT : Avis suite aux mouvements de terrain survenus sur la commune de Gourbeyre (Guadeloupe) suite au passage de l'ouragan Maria - RP-67401-FR

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34