banner-ombre-top
banner-ombre-left
Recul de la falaise dû à l'effondrement de blocs et à l'érosion menaçant les habitations. Diminution du cordon littoral de galets au premier plan (Bois de Cise, Ault, Somme, 2012). © BRGM - Florence Auclaire

Aléa éboulement de falaise et recul du trait de côte sur la commune d’Ault-Onival (Picardie)

07.10.2014
A la suite de plusieurs désordres (éboulements) survenus ces dernières années liés au recul progressif de la falaise côtière crayeuse d’Ault, la DDTM 80 a sollicité le BRGM pour réaliser un diagnostic de la falaise côtière.

Pour ce faire, le BRGM s’est appuyé sur les nombreuses données existantes et a pu acquérir des données nouvelles, en particulier à partir d’une campagne photographique haute résolution et géoréférencée, réalisée au cours d’un vol aérien. Cette étude a permis notamment d’appréhender, de caractériser et de sectoriser le recul récent de la falaise. Il en a résulté une nouvelle cartographie de l’aléa, qui prend notamment en compte la vitesse du recul de la falaise.

Contexte

Suite à plusieurs désordres (éboulements) survenus au niveau de la falaise côtière crayeuse de Ault ces dernières années dus au recul progressif du trait de côte, la DDTM 80 souhaiterait éventuellement engager la révision du PPR de cette commune approuvé en 2001.

En effet, la cartographie du PPR prenait en compte un recul moyen, mais ne semblait pas intégrer les évènements brutaux (éboulements en masse) capables de faire reculer la falaise de plusieurs mètres par évènement. De même, cette cartographie tenait compte du rôle protecteur du cordon de galets situé en pied de falaise. Or, l’épaisseur de ce cordon de galets a fortement diminué ces dernières années, jusqu’à disparaître complètement par endroits. Il faudrait également tenir compte de la problématique de glissement des formations superficielles, notamment à proximité de la valleuse du Bois de Cise.

Reculs calculés (en m) de la falaise au sud du bourg d'Ault entre 2009 et 2013, image réalisée par comparaison de deux MNT acquis lors de campagnes de photographies aériennes

Reculs calculés (en m) de la falaise au sud du bourg d'Ault entre 2009 et 2013, image réalisée par comparaison de deux MNT acquis lors de campagnes de photographies aériennes. © BRGM

Objectifs

La DDTM 80 a sollicité le BRGM pour réaliser un diagnostic de la falaise côtière.

Programme des travaux

L’étude a consisté en une combinaison de différentes méthodes, basées sur l’observation de terrain d’une part et, d’autre part, sur l’interprétation de données, dont certaines de haute résolution.

Concernant l’interprétation de terrain, l’étude a consisté en une visite détaillée et d'un diagnostic géologique de l’ensemble de la côte à falaise de la commune d’Ault. Les observations ont porté notamment sur la lithologie de la falaise, son altération, son état de fracturation, ses instabilités visibles et la détection d'indices soulignant l’existence de mouvements anciens ou de venues d'eau. Une attention particulière a été portée sur la partie supérieure et sur les formations superficielles, susceptibles d’engendrer des glissements de terrain.

Le BRGM a par ailleurs comparé différents jeux de photos aériennes, et notamment les orthophoto littorales des années 2000 et 2010, afin d’appréhender l’évolution récente du recul de la falaise.

Le BRGM a procédé à l’acquisition d’un modèle numérique de terrain (MNT) précis de la falaise (<20 cm) à partir d’une campagne photographique haute précision et géoréférencées réalisée au cours d’un vol aérien le long de celle-ci. Cette acquisition a été comparée avec d’autres relevés haute précision de la falaise que possède déjà le BRGM.

Résultats obtenus

La combinaison de ces techniques a permis notamment d’appréhender, de caractériser et de sectoriser le recul récent de la falaise. Il en a résulté une nouvelle cartographie de l’aléa, qui prend notamment en compte l’évolution actuelle de la vitesse du recul de la falaise.

Aussi, les dynamiques passées et actuelles de recul ont été définies ; les caractéristiques intrinsèques à la falaise ont été détaillées ; les dynamiques littorales et sédimentaires et leur évolution ont été analysées.

Par ailleurs, les impacts anthropiques ont été pris en compte. Il est notamment apparu que les éléments de protection, s’ils jouent un rôle de défense contre l’érosion, au moins à court terme, peuvent aussi avoir des impacts négatifs (perré, épis, absence d’entretien, etc.) et nécessitent un entretien lourd et régulier. L’éventuelle mise en place de futurs aménagements nécessite une étude d’impact sur les conséquences de l’aménagement à long terme, sur l’objet à protéger, mais aussi sur les éventuelles modifications de dynamiques de part et d’autre.

A l’issue de ces travaux, le BRGM a pu mettre en évidence un zonage de péril imminent, à l’intérieur duquel il est recommandé de proscrire toute activité humaine. La prise en compte des différents facteurs, et surtout des dynamiques responsables de l’érosion permet d’estimer avec précision les vitesses de recul du trait de falaise, au moins sur les 30 prochaines années, et par extrapolation à l’horizon 100 ans.

PARTENAIRES

  • DREAL Picardie
  • DDTM 80
BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34