BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES

-

+

Etat des nappes d’eau souterraine au 1er janvier 2014

Notes d'information - 21.01.2014
La très grande majorité des nappes phréatiques (84%) affichent un niveau normal à supérieur à la normale. La recharge des nappes devrait se confirmer dans les mois qui viennent si une pluviométrie normale, à minima, se généralise.

Résumé de la situation

Situation du niveau des nappes

Le niveau des nappes au 1er janvier 2014 est hétérogène d’une région à l’autre.

 

La très grande majorité des réservoirs (84%) affichent un niveau normal à supérieur à la normale. Les secteurs où la situation est favorable (niveau supérieur à la normale) sont assez inégalement répartis sur le territoire (Alsace, vallée du Rhône, est du Bassin Parisien ou ouest du pays). La situation des nappes en ce début d'année est liée à une période de recharge qui s'installe dans le temps à la faveur de précipitations globalement au-dessus des normales depuis septembre sauf pour les régions du Languedoc au delta du Rhône et au sud du Massif central.

Tendance d’évolution du niveau des nappes

En ce début d'année, on se situe sur la période habituelle de recharge avec une grande partie des points de suivi qui affichent un niveau en hausse (46%) ou déjà stable (27%). Seul un petit tiers des points restants (27%) présente des niveaux en baisse. Cette situation est assez normale pour la saison à l'exception du sud du territoire (Languedoc-Roussillon).

 

La situation des nappes au 1er janvier confirme que la situation hivernale de recharge des nappes est désormais en place. La période majeure de recharge n'est cependant pas encore atteinte puisqu'une moitié à peine des points est orientée à la hausse.  La recharge des nappes devrait se confirmer dans les mois qui viennent si une pluviométrie normale, à minima, se généralise.

La carte de France de l'état des nappes d'eau au 1er janvier 2014

La carte de France de l'état des nappes d'eau au 1er janvier 2014

 

Pour ce mois de décembre 2013, les pluies ont été déficitaires en Corse, en Savoie et du sud-ouest à un petit quart nord-est. Sur le littoral du Languedoc-Roussillon et de l’est de la Haute-Corse, on a relevé moins de 20 % de la normale d’un mois de décembre. En revanche, la pluviométrie a fréquemment atteint ou localement dépassé une fois et demie la normale sur la Bretagne et parfois plus de deux fois de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur aux contreforts du Massif central.

 

L’évolution du niveau des nappes confirme, avec environ une moitié de points en hausse (46%) et une moitié de points stables ou en baisse (54%), la bascule vers la période hivernale de recharge des nappes. Les mois de décembre et janvier sont très habituels pour observer cette période de bascule. Les niveaux de nappe sont assez hauts (peu de secteurs sont en déficit) ce qui laisse augurer une recharge hivernale très positive si les précipitations de début 2014 sont conformes aux normales.

 

Les niveaux de nappe à fin décembre 2013 sont en baisse pour 27% d'entre eux, stables pour 27% et en hausse pour les 46% restant.

 

L’état de remplissage des aquifères reste peu distinct de celui observé cet automne. Il affiche, pour une très grande majorité d’entre eux (84%), des valeurs égales ou supérieures à la normale en cette fin décembre 2013. Dans le détail, on note que 12% des points suivis ont des niveaux inférieurs à la normale et que seuls 3% ont des niveaux très inférieurs à la normale.

 

Pour plusieurs secteurs du territoire, les niveaux des nappes sont supérieurs à la normale, notamment dans l'est de la France, dans l'est du bassin de Paris, dans la vallée du Rhône ou le long de la Garonne. Les secteurs du centre du bassin parisien, du sud-ouest du Massif Central ou du sud et du sud-est de la France présentent quant à eux des situations plus nuancées avec des niveaux plus normaux. Quelques secteurs sont marqués par un certain déficit, à l'image des aquifères alluviaux ou karstiques du Languedoc-Roussillon, des nappes de Corse ou de la nappe des calcaires de Lorraine.

 

Parmi les nappes qui présentent les situations les plus favorables en cette période de l'année, avec des niveaux supérieurs à la normale, à la faveur d'épisodes de recharge déjà marqués, on peut citer par exemple :

  • La nappe alluviale de la plaine d'Alsace qui présente pour tous ses points de référence, sur l'ensemble de la région, des niveaux favorables pour cette période.
  • Les aquifères de la vallée du Rhône, qui présentent une hausse des niveaux pour une grande partie des piézomètres de référence. Les cumuls de pluie de l'automne ont favorisé une recharge notable.
  • La nappe des calcaires du Jurassique du Bessin en Basse-Normandie qui présente des niveaux supérieurs à la quinquennale humide avec une tendance à la hausse depuis le début du mois d’octobre sur la majorité des piézomètres.
  • Les nappes alluviales de la Garonne qui présentent, d'amont en aval, des niveaux supérieurs à la normale. La stabilité des niveaux, acquise depuis l'automne, traduit l'orientation assez lente vers une recharge qui pourrait s'accentuer prochainement.

Les secteurs qui présentent des situations moins favorables, avec des niveaux proches de la normale, on peut citer par exemple :

  • Les aquifères du centre du bassin parisien qui présentent, pour un grand nombre de points, des niveaux normaux, non excédentaires. Une certaine hausse assez généralisée des niveaux semble se dessiner progressivement, ce qui est habituel pour la saison.
  • Les nappes alluviales de la région PACA qui présentent des niveaux qui se sont stabilisés. Elles ont profité d'un cumul de précipitation excédentaire en décembre sur ce secteur.

Les secteurs qui présentent des situations déficitaires avec des niveaux inférieurs à la normale, on peut citer pour l'exemple :

  • Les aquifères alluviaux de Corse qui présentent un niveau de recharge peu conséquent en relation directe avec le déficit pluviométrique de cette fin d'année.
  • Les nappes du Jurassique de Lorraine qui présentent une évolution en baisse en lien avec la faible pluviosité de la première moitié du mois de décembre.
  • Les aquifères karstiques des régions montpelliéraines et nîmoises qui présentent, en contexte de faibles précipitations, des tendances à la stabilisation de niveaux piézométriques qui se sont détériorés sur les derniers mois.

POUR ALLER PLUS LOIN 

Télécharger la note d'information sur l'état des nappes d’eau souterraine

Télécharger la carte de France de la situation des nappes au 1er janvier 2014

Dernière mise à jour le 10.12.2014

CONTACT PRESSE

Arthur De Pas

+33 (0)2 38 64 46 65

+33 (0)6 84 27 94 14

presse@brgm.fr

 

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34