banner-ombre-top
banner-ombre-left
Érosion majeure au droit de l’immeuble Le Signal, séparé du haut de falaise par 15 mètres de dune, suite aux tempêtes de décembre 2013 et janvier 2014 (Soulac-sur-Mer, Aquitaine, 2014).

Littoral aquitain : de nouvelles projections de l’érosion jusqu’en 2050

05.12.2016
Trois ans après les tempêtes de l’hiver 2013-2014, l’Observatoire de la Côte Aquitaine, dont le BRGM est porteur technique, publie une nouvelle projection de l’érosion sur le littoral aquitain.

Erosion des plages et des dunes, mouvements de terrain, submersions marines... L’hiver 2013-2014 a, de par le caractère exceptionnel de ses tempêtes, durement marqué le littoral aquitain. Des reculs de 10 à 20 mètres ont été enregistrés sur certains secteurs, et jusqu’à 40 mètres sur les plages de Soulac-sur-Mer dans le Médoc.

Trois ans après, l’Observatoire de la Côte Aquitaine, dont le BRGM est l'un des porteurs techniques, publie une nouvelle projection de l’érosion du littoral aquitain. L’objectif de ce travail est d’analyser les possibles positions futures du trait de côte. Le rapport 2016, qui sera rendu public mi-décembre, répond à un besoin d’actualiser la connaissance notamment à la suite des tempêtes 2013-2014, dont les impacts ont modifié la compréhension de l’aléa érosion.

Vers un recul de la côte sableuse de respectivement 20 et 50 mètres en 2025 et 2050

Alors que le précédent rapport de 2011 cartographiait l’évolution du trait de côte aux horizons 2020 et 2040, celui de 2016 établit des projections pour 2025 et 2050. Elles couvrent l’ex-Aquitaine, depuis l’estuaire de la Gironde au Nord, jusqu’à la Bidassoa au Sud (270 km).

L’étude précédente avançait un taux d’érosion du trait de côte de 1 à 3 m/an sur la côte sableuse. Aujourd’hui, la dernière actualisation conclut à une hausse globale de ces valeurs, et fait état de reculs moyens de 2,5 m/an en Gironde et de 1,7 m/an dans les Landes.

Sur la côte sableuse (de la Pointe du Médoc à l’embouchure de l’Adour), l’érosion chronique ainsi estimée est de l’ordre d’en moyenne 20 et 50 mètres respectivement pour les horizons 2025 et 2050, à laquelle s’ajoute un recul lié à un événement majeur en général de l’ordre de 20 mètres.

Les reculs sont moins conséquents sur la côte rocheuse (de l’embouchure de l’Adour à celle de la Bidassoa). Le taux d’évolution est aujourd’hui en moyenne de 25 cm par an. Aux horizons 2025 et 2050, les valeurs moyennes de recul sur les secteurs rocheux sont respectivement de l’ordre de 10 m et 27 m en incluant un événement de mouvement de terrain majeur.

POUR ALLER PLUS LOIN

Lire le communiqué de presse

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 45060 Orléans Cedex 2 - France Tél. : +33 (0)2 38 64 34 34